Accès Humanitaire

     « La NDSCI condamne avec force tous les discours belliqueux et haineux qui sont véhiculés un peu partout au pays et à travers le monde, notamment sur les réseaux sociaux, et qui ne sont pas de nature à apaiser les tensions toujours récurrentes dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga ».

    Voilà ce qui ressort du communiqué de presse de la Nouvelle dynamique de la société civile (NDSCI) de ce lundi 05 octobre en rapport avec la commune de Minembwe.

    Dans ce document, le président de cette structure, Jean Chrysostome Kijana, désapprouve la démarche de la délégation du gouvernement de Kinshasa qui consiste à installer le bourgmestre dans cette partie de la province.

    Il estime que cette démarche  consiste à mettre de l’huile au feu dans les hauts et moyens plateaux de Fizi. Il trouve inquiétants que seules les autorités de Minembwe, une entité avec des « limites floues », soient installées.

    Pour Kijana, son organisation a de la peine à comprendre les réelles motivations des émissaires du gouvernement congolais à Minembwe.

    « La NDSCI (…) ne sait pas ne sait pas aussi interpréter ce traitement si particulier réservé à une seule entité alors qu’il y en a plus d’une centaine qui, à travers la République, se trouvent dans la même situation et attendent l’application des diverses mesures leur conférant différents statuts administratifs », écrit-il.

    Ainsi la NDSCI rend responsable le gouvernement congolais des agitations et violences qui s’ensuivent. Elle qui a manqué, a en croire l’organisation,  de sagesse et délicatesse dans la gestion d’une question aussi sensible. « Qui risque d’accentuer et de faire sombrer dans la violence et autres actes d’intolérance toute cette partie instable du pays et voire l’ensemble de la République ».

    Elle invite tous les acteurs, notamment les leaders politiques et communautaires de cette contrée et de la République dans leurs propos et déclaration à privilégier des voies pacifiques, administratives, politiques et même judiciaires afin de régler de manière définitive la question de Minembwe.

    La Nouvelle dynamique de la société civile invite également le président de la République à jouer « pleinement son rôle » en s’assurant que toutes les voies lui proposées sont « sincères, opportunes et ne comportent aucune malignité pouvant conduire le pays dans des conflits beaucoup plus violents mettant en ruine l’unité nationale de notre mère-patrie ».

    Thomas Uzima

    Share.
    Leave A Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.