Accès Humanitaire

Les Communes seront-elles capables de prendre en charge les Conseillers communaux nouvellement élus ? C’est la question qu’il revient de se poser alors que le processus d’installation de ceux-ci piétine toujours dans les trois communes de Bukavu, Chef-lieu du Sud-Kivu.

La Commission électorale nationale Indépendante (CENI) a proclamé provisoirement l’élection de plusieurs conseillers communaux sur l’ensemble de la République démocratique du Congo. Un processus qui va permettre le parachèvement de la mise en place des institutions locales longtemps attendues.

Lire aussi : Bukavu : les Conseils communaux n’ont pas encore été installés malgré le rappel du Ministre de l’Intérieur

Mais une question principale se pose : les communes, les mairies et d’autres institutions à la base, seront-elles capables de prendre en charge le fonctionnement de ces nouvelles assemblées délibérantes.

 Une question qui vaut son pesant d’or quand on sait que des élus provinciaux de la dernière législature se plaignent régulièrement du manque des frais de fonctionnement ou de la dotation des gouvernements central et provincial.

 A Kinshasa, des manifestations des élus provinciaux du pays se sont mobilisés pour réclamer le paiement de leur salaire à plusieurs reprises alors que les gouverneurs des provinces tardent également à leur doter des moyens au niveau des provinces respectives.

 En province du Sud-Kivu par exemple, des agents de l’administration de l’Assemblée Provinciale réclament plus de 30 mois de dotation. Une réclamation qui s’ajoute à d’autres des anciens agents et même des anciens animateurs politiques des institutions.

Pourtant, on le sait, les organes délibérants aux niveaux des communes auront également leurs agents pour leur administration. Les élus doivent aussi fonctionner pour l’effectivité de la gouvernance à la base.

 Les communes seront-elles capables de relever le défi et faire ce que les institutions nationales et provinciales ont difficile à faire, c’est-à-dire le paiement des agents de l’administration et les élus ?

Difficile de le dire à l’heure actuelle mais l’inquiétude est perceptible chez les animateurs des institutions provinciales au Sud-Kivu.

Lire aussi : Sud-Kivu : toujours pas d’installation des conseillers communaux

En attendant le salaire, peut-être, l’Etat est obligé de trouver des conditions favorables pour leur permettre de siéger dans la dignité ou de siéger tout simplement.

Les Communes qui peinent déjà à trouver des moyens pour financer les projets de développement dans leurs entités ont du pain sur la planche.

De nombreux analystes espèrent que les nouveaux élus ne vont pas sérieusement être un handicap pour le fonctionnement des nouvelles institutions communales, notamment. Dans beaucoup des cas, des chefs des exécutifs sont obligés de mobiliser des moyens colossaux en vue de satisfaire la volonté des élus quand ils sont sur une chaise éjectable. Des fonds qui viennent généralement de la caisse publique.

Va-t-on observer ces spectacles en vue de se faire une santé financière dans les communes si les conseillers ne sont pas pris en charge d’une manière efficace ?

Pour l’instant, les citoyens de Bukavu ne peuvent qu’observer et se donner rendez-vous pour l’avenir très prochain, espérant aussi que les élus, avec les Exécutifs communaux ne prennent tout et que les projets de développement soient relégués aux calendes grecques. 

L’espoir est que ces nouvelles institutions locales ne servent à engloutir tout le budget comme c’est déjà le cas au niveau d’autres institutions.

Suzanne Baleke

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.