Accès Humanitaire

Au quartier Panzi dans la Commune d’Ibanda en ville de Bukavu a été très agité ce mercredi 14 février 2024. Des heurts ont opposé des éléments de la Police Nationale Congolaise à des habitants. Ces derniers protestaient contre le meurtre d’un jeune garçon abattu par des policiers commis à la garde de la Banque TMB, succursale de Panzi, dans la nuit du mardi 13 à ce mercredi 14 février 2024.

Ces coups de feu des éléments de la Police Nationale Congolaise visent à contenir la colère des habitants du Quartier Panzi, en commune d’Ibanda dans le chef-lieu du Sud-Kivu.

Lire aussi: Insécurité à Uvira : vive tension la matinée de ce jeudi

Plusieurs jeunes se sont mobilisés pour dénoncer le meurtre d’un jeune dans des circonstances encore floues selon qu’il s’agit de la police ou des habitants.

Conséquence : Panzi se réveille en colère. Des barricades érigées partout, des pneus brûlés pour empêcher la circulation normale et exprimer le ras-le-bol.

L’agitation était à son comble.

Les jeunes accusent la Police Nationale Congolaise d’avoir tiré sur ce jeune alors qu’il n’était pas un bandit ou un voleur à mains armées.

Pour des manifestants, la victime serait une garde-malade de retour de l’achat du pain. Il aurait tenté d’escalader le mur pour rejoindre son malade à l’intérieur. C’est dans ce contexte qu’il a été tué vers 23 heures.

Lire aussi: Élection en RDC : la tension salariale, un autre enjeu !

« Nous avons été alertés par la population qui nous a signifié la mort inopinée d’un jeune garçon répondant au nom de Fiston, qui a été tué par un élément de la police aux environs de vingt-trois heures vers l’Hôpital général de Panzi devant la Banque TMB. Et c’est la police qui faisait la garde de cette dernière qui a tiré sur le jeune homme. Mais jusqu’à présent, nous en tant que Société civile nous ne savons pas le vrai motif de la mort de ce regretté frère », a expliqué Murhula Machumbiko, Président de la Société Civile de la commune d’Ibanda.

La police, elle, a considéré qu’il s’agissait d’un voleur et a été neutralisé sans autre forme de procès.

Des habitants en colère se sont ainsi attaqués aux installations de la TMB, cassant des portes, fenêtres, vitres, tables; pillant et détruisant des bien précieux.

Ces habitants en colère ont jeté des projectiles contre des policiers. Ces derniers ont riposté par des tirs au gaz lacrymogène et des balles réelles.

Lire aussi: Vive Tension à Panzi (Bukavu) : colère des femmes de militaires

Pour calmer la situation, le commissaire provincial de la police et le Bourgmestre intérimaire de la commune d’Ibanda se sont rendus sur le lieu. Ensemble avec les acteurs de la Société civile et les cadres de base du milieu, ils ont tenté la médiation pour calmer la situation. Les pourparlers ont été engagés avec des manifestants et des membres de la famille.

 Martial Kalala

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.