Accès Humanitaire

L’organisation « Accountability Lab » RDC vient de mettre à l’honneur, trois films réalisés par de ses trois lauréats de la bourse du cinéma pour la redevabilité, « Accountability Film Fellowship » dans le cadre du Projet « Arts4Change » (Artistes pour le Changement).

La projection de ses trois cinémas de la 3ème édition portant sur les élections en République Démocratique du Congo pour un « vote Responsable », a eu lieu le vendredi 1er Décembre dans la salle de spectacle de l’Institut Français de Bukavu, « Hall de Grands Lacs » devant plusieurs invités.

Ces trois grandes cheffes d’œuvres cinématographiques d’une quinzaine de minutes chacune, ont été réalisées par deux (2) jeunes de la ville de Bukavu respectivement Gloire Mushangalusa Bahati et Eugénie Mwishogwa ainsi que leur condisciple, Sady Masonga, venu de la ville touristique de Goma.

Lire aussi: Bukavu : « Accountability Lab » RDC présente ses 3 boursiers et leurs œuvres de la 1ère édition de « Voice To Represent »

Le premier film à être présenté, est intitulé « Pasteur corrompu » de l’artiste cinéaste Gloire Mushangalusa Bahati. Celui-ci dans son cinéma a pu montrer la manière dont des hommes de Dieu, de différentes religions sont corrompus par des politiciens afin de convaincre leurs fidèles à voter pour tel ou tel autre candidat. Une pratique pourtant condamnée dans l’évangile de Actes des Apôtres 13 : 35-37 et le livre de Deutéronome 16-17.

« C’est pourquoi il dit encore ailleurs : tu ne permettras pas que ton Saint voie la corruption. Mais celui que Dieu a ressuscité n’a pas vu la corruption. Chacun donnera ce qu’il pourra, selon les bénédictions que l’Eternel, ton Dieu, lui aura accordées »

Dans ce film, Gloire Bahati, réalisateur du film « Pasteur corrompu » conscientise les églises à aider leurs fidèles à voter responsable pendant les élections de Décembre 2023.

Aux responsables des églises d’éviter de tromper les chrétiens pour des fins politiques et égoïstes, même chose aussi pour les politiciens. Les églises sont sacrées et apolitiques.

« RN2, la Route du Calvaire », est le titre du deuxième film projeté au public venu en masse pour suivre les réalisations des boursiers de « Accountability Lab » RDC. Une réalisation de la journaliste-cinéaste Eugénie Mwishogwa.

Lire aussi: Bukavu : des artistes et cadres étatiques adhèrent au programme « renforcer l’intégrité en RDC » et au projet « Arts4Change » de « Accountability Lab » RDC

Ce film parle du calvaire que traversent les usagers de la Route Nationale Numéro (RN2) Bukavu-Mwenga principalement sur le tronçon Bukavu-Walungu dans la province du Sud-Kivu à l’Est de la RDC.

L’état de délabrement très avancé de ce tronçon routier fait que la population de cette partie de la RDC vive difficilement sur le plan socio-économique. Les prix des produits vivriers, manufacturés et autres sont revus à la hausse et des usagers passent même de nuit en route sans arriver à destination sur une distance d’au moins 50 kilomètres de route.

Avec ce cinéma, la réalisatrice Eugénie interpelle les autorités politico-administratives et les services concernés pour que cette route d’intérêt capital soit réhabilitée et/ou construite dans le but de permettre la circulation librement des usagers de cette route et de leurs biens.

Le troisième film est dénommé « Éveil 2023 » du réalisateur Sady Masonga de Goma qui parle d’un parlementaire ayant renoncé à sa carrière politique car il n’a pas réalisé les promesses lors de sa campagne électorale dont les plaidoyers, propositions des lois, etc.

« Le député Katakumba qui est arrivé au bout de son mandat, a pu renoncer à sa carrière politique pour n’avoir rien fait à la population de sa circonscription en termes des plaidoyers, propositions de lois et vote d’édits, etc. Malheureusement, l’autorité morale de son parti et ses camarades n’ont pas accepté sa démission et son retrait de la scène politique. Il a été demandé au député Katakumba à démentir cette information pour le bien de son autorité morale et son parti politique, sinon, cet acte sera considéré comme un outrage à autorité ».

Le jeune cinéaste Sady a essayé de montrer les pouvoirs que détiennent des autorités morales de partis politiques en RDC et qui, coûte que coûte ; obligent les cadres et/ou députés élus sous leurs partis et/ou regroupements de s’éterniser au pouvoir malgré la non réalisation de toutes les promesses tenues.

Après la visualisation de ces trois films de la bourse du cinéma pour la redevabilité, « Accountability Film Fellowship » du Projet « Arts4Change » (Artistes pour le Changement), différentes recommandations ont été formulées envers les réalisateurs ainsi que de l’organisation « Accountability Lab » RDC.

Les deux parties ont promis de mettre en pratique toutes les remarques avant le lancement sur le marché du cinéma de ces trois films pédagogiques et éducatifs.

Dans la foulée, les trois boursiers de la 3ème édition, Gloire Mushagalusa, Eugénie Mwishogwa et Sady Masonga ont reçu des certificats de la part de « Accountability Lab » RDC pour sanctionner leur travail cinématographique.

Lire aussi: Uvira : Accountability Lab dans une table ronde sur la taxe sur les produits pétroliers

Les organisateurs de cette bourse ont rappelé que l’appel d’offre pour la 4ème édition est toujours en cours et cela jusqu’au 10 décembre 2023

Que retenir de la bourse du cinéma pour la redevabilité ?

La Bourse du Cinéma pour la redevabilité soutient une nouvelle génération des jeunes activistes anti-corruption du Nord et du Sud-Kivu sur l’écriture des scénarii des films fiction, de scripts documentaires pour le Sud-Kivu en renforçant leurs capacités collectives.

La formation que reçoivent les boursiers est basée sur la responsabilisation citoyenne et institutionnelle en suivant les principes de narration avec la manipulation du logiciel CELTEX, le cadrage selon la nomenclature internationale des cadres, l’enregistrement et la gestion du son lors des tournages et le montage d’images en respectant les principes narratifs et les standards internationaux avec la manipulation de logiciel Adobe Première Pro.

Les boursiers sont également formés sur la gouvernance et le leadership. Après la formation, les boursiers réalisent des courts métrages qui servent d’outils de plaidoyer et de sensibilisation pour pousser les dirigeants et les citoyens congolais au changement positif en matière de transparence fiscale, de lutte contre la corruption, de gouvernance ouverte et participative pour le développement durable de leurs entités.

Abdallah Mapenzi
Partager.

Un commentaire

  1. Pingback: Projet ACTE 2023 : des journalistes de Bukavu peuvent prévenir la violence électorale - La Prunelle RDC

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.