Accès Humanitaire

    La Société Civile noyau communal de Panzi dénonce la forte consommation des boissons fortement alcoolisées, qui est la base du meurtre dans le quartier Panzi. Ces boissons fortement alcoolisées  sont vendues en masse dans ce quartier.

    Après le meurtre d’une femme par un élément de FARDC en état d’ivresse à Panzi, la Société Civile demande que toutes ces maisons de vente de boissons fortement alcoolisées soient fermées par les autorités urbaines.

    Lire aussi : Vive Tension à Panzi (Bukavu) : colère des femmes de militaires

    Le Président de la Société Civile de Panzi, Redouta Mweresi, indique que la consommation de ces boissons fortement alcoolisées à un impact négatif sur la santé des jeunes du quartier Panzi.

    Selon lui, certaines boissons sont exportées et d’autres sont produites localement dans ces maisons de vente, avec un dosage excessif. Une situation qui est à la base de la mort de certains habitants.

    « Au niveau du quartier Panzi, plusieurs maisons sont en train de vendre à ciel ouvert les boissons fortement alcoolisées de différents types. De ces boissons, il y a celles qui sont fabriquées localement avec des grandes doses et d’autres qui sont importées. A cela, il n’y pas une mesure palliative pour que les autorités puissent protéger les paisibles citoyens. Cette boisson fortement alcoolisée a des grands impacts négatifs sur la vie humaine des jeunes, surtout ceux du quartier Panzi. Parmi eux, nous comptons déjà des malades mentaux, des détraqués, des névrosés, donc toutes sortes des maladies mentales qui se développent au niveau du quartier Panzi à cause de cette consommation abusive de ces genres de boissons », dit savoir  Redouta Mweresi.

    Celui-ci déplore aussi le fait que des agents de l’ordre et de sécurité en consomment durant les heures de services et cela cause beaucoup de dégâts.

    « Il y a un problème. Les agents de sécurité sont retrouvés également en état d’ivresse pendant l’exercice de leurs fonctions. Ce 30 janvier 2024, nous avons déploré la mort de maman Yozo Mwacirumbe  qui a été tué. C’était aux environs de 16 heures par un militaire qui a tiré à bout portant sur la dame qui est décédée sur place. Aussi Monsieur Innocent qui a reçu une balle au niveau de sa jambe a été interné à l’hôpital de Panzi. Ce sont vraiment des conséquences graves de la consommation de cette boisson », regrette-t-il.  

    Redouta Mweresi ajoute que des bagarres sont orchestrées par des jeunes « Popo Popo » qui insécurisent aussi la population après avoir consommé cette boisson et la drogue.

    « Il y a à peine un mois que nous avons enregistré la mort d’une autre personne tuée lâchement par un fils d’un militaire», conclut-il.

    Redouta Mweresi demande au Maire de la ville de Bukavu et aux autorités à tous les niveaux de venir en aide à la population de Bukavu en général et de Panzi en particulier afin de trouver une solution par rapport à ce problème.

    Il demande que ces boissons puissent être détruites et que ces maisons de production et vente soient démolies.

    Aux services de sécurité de punir sévèrement ses agents qui s’adonnent à l’ivresse pendant les heures de service.

    Suzanne Baleke

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.