Accès Humanitaire

Dans plusieurs quartiers de la ville de Bukavu, des servitudes publiques sont envahies par des privés qui construisent des maisons.

Des clôtures et certaines parties de maisons sont construites sur les servitudes qui doivent servir toute la population. Une situation qui inquiète la Société civile et certains habitants qui pensent qu’il est temps que les autorités agissent.

Lire aussi : Bukavu: des « fosses septiques-mouroirs » dans des maisons !

Le Président de la Société Civile, noyau Nyalukemba parle lui, de la spoliation de la route secondaire qui mène vers les cimetières de la Ruzizi.

Obedi Manvu, Président de cette structure insiste que cette situation est devenue récurrente dans la ville de Bukavu en général et dans le quartier Nyalukemba en particulier. Il parle surtout des avenues Cercle Hippique, Irambo, Ikanga et Hewa Bora.

« Vous allez constater avec moi qu’il y a certains particuliers qui se sont accaparés les mètres et il y a quelqu’un qui prend 3, 4, 6 mètres sans penser aux problèmes qui peuvent surgir de manque des servitudes. Il y a vraiment la complicité de certaines autorités. Cette route peut encore être ouverte s’il y a l’implication des autorités par ce que c’est une route d’intérêt capital. Cette route qui est dans un état de délabrement très avancé pouvait  servir pour aller au cimetière de la Ruzizi ».

Une situation reconnue par plusieurs cadres de base qui tardent à agir pour remettre l’État dans ses droits.

Selon Kajibwami Makila, Chef de quartier Nyalukemba, la spoliation des servitudes est une situation provoquée par des personnes de mauvaise volonté qui n’aiment pas voir le développement de la ville de Bukavu. Celui-ci prévient que des maisons érigées dans les servitudes seront un jour démolies sans aucune explication.

 « S’il a quelqu’un qui ose le faire, empiéter les servitudes de l’Etat, là où doit passer la population, s’il ose le faire, nous le démolissons. Les chefs d’avenues viennent ici où ils me rencontrent au bureau, je descends directement avec toute mon équipe et on démolit et là, on ne voit pas s’il est tel ou tel. On démolit d’abord et le processus va suivre après ».     

Comme dans le quartier Nyalukemba, le quartier Nkafu dans la commune de Kadutu fait également face à ce même problème malgré plusieurs dénonciations des populations et des cadres de base.

Chikoba Ndebende, Chef de quartier Nkafu promet que lui et les cadres de base de son entité sont également engagés pour sanctionner des personnes qui construisent dans les servitudes.

Trésor Wilondja

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.