Accès Humanitaire

Norbert Basengezi Katintima, ancien Vice-Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a vivement appelé les notables, députés et ministres provinciaux et nationaux, sénateurs, et toute autre personne de bonne volonté à venir au secours du Bureau Diocésain des Œuvres Médicales (BDOM) victime d’un incendie, dans la nuit du 29 Janvier dernier. Il a par la même occasion remis ses 200 sacs de ciment aux responsables de cette structure médicale.

Se confiant à la presse après avoir reçu l’abbé Directeur de cette institution, Basengezi Katintima a rappelé que le BDOM ne sert seulement pas le Sud-Kivu mais le Kivu entier et tout devrait être fait pour que le travail soit repris dans l’urgence.

Prêchant par l’exemple, «NBK» a remis 200 sacs de ciment comme contribution personnelle afin que cet établissement se remette vite en service ; un établissement, a-t-il rappelé qui sert plusieurs structures sanitaires de la province.

«J’ai appelé l’abbé Directeur du Bureau Diocésain des Œuvres Médicales et je venais de donner 200 sacs de ciment pour notre maison médicale. D’abord parce que je suis un partenaire avec BIPHARM et ça nous aide pour le sérum et beaucoup des médicaments. Mais aussi ; le BDOM c’est tout le Kivu. Il y a des intrants qui viennent d’ici et vont à Goma, Kasongo ou à Kindu. Nous devrions regretter ça comme nous regrettons ce qui se passe à Rukumbuka, côté Panzi, côté Ruzizi…» explique Norbert Basengezi Katintima. Il appelle par ailleurs à la Solidarité de tous les enfants du Kivu, qu’il appelle à se mobiliser comme un seul homme sans appartenance politique.

«J’en appelle à mes amis. Nous avons 32 députés nationaux, 48 au niveau provincial, c’est l’une des provinces nanties en terme des ministres : on en a 5. On a des PDG et des PCA mais on a aussi des pauvres qui n’ont rien et qui peuvent vendre leurs bananes pour construire le BDOM. Que 20 personnes se mettent ensemble et qu’elles amènent un sac, deux sacs et on saura que les enfants du Kivu se sont mis ensemble pour construire sans être du PPRD, UDPS, UNC, UNAFEC, etc. C’est cela la solidarité. J’ai donné mes 200 sacs. Je crois que la FEC m’écoute, la Société Civile m’écoute. On ne demande pas çà chacun 200 sacs. Ceux qui ont 1000 sacs à Kinshasa comme ici, peuvent amener ça, même ceux qui ont un ou deux sacs», appelle Katintima.

Celui-ci appelle à la création urgente d’une cellule de prévention et gestion des catastrophes naturelles gérées par des acteurs sociaux où des cotisations peuvent être faites pour trouver des solutions aux problèmes d’urgence qui se posent en province avant de penser à demander de l’aide extérieure.

Jean-Luc M.

Partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.