Accès Humanitaire

« A nos pères, à nos mères, à nos sœurs, à nos frères, à nos fils et filles, victimes… ; la nation, votre nation, notre nation, vous dit que PLUS JAMAIS VOUS NE SEREZ SEULES »

C’est sous ces mots du Président de la République, Felix Antoine Tshisekedi ; que s’est ouvert à Bukavu, ce vendredi 08 septembre 2023, des échanges entre les victimes de guerres du Sud-Kivu à l’Est de la RD Congo et le Fonds National de Réparation des Victimes des violences sexuelles liées aux conflits et des crimes contre la Paix et la sécurité de l’humanité (FONAREV).

Lire aussi: SOS IJM fait l’état de lieu de la Justice Transitionnelle en RDC

Ces échéances s’inscrivent dans le cadre d’une itinérance des provinces de la RDC qui ont connues des violences et crimes graves Le Sud-Kivu fait partie de 5 provinces pilotes.

Pour Julien Lundula Lolatui, Directeur Général du FONAREV, l’objectif de ces rencontres est de sensibiliser, vulgariser sur la loi FONAREV en plus de demander l’implication des victimes et des autorités locales afin d’apporter une solution idoine aux préoccupations des victimes.

« Notre pays a beaucoup souffert par des guerres. Ça fait 30 ans de violences commises par des pays voisins et des différents groupes armés nationaux qu’internationaux. Aujourd’hui, vous êtes la victime que l’Etat n’a pas pu protéger… Maintenant, il y a la société de l’Etat FONAREV avec pour mission la protection et la réparation de toutes les victimes  et cela grâce à la Justice Transitionnelle. Notre philosophie est de ne rien faire sans les victimes. Nous voulons regarder les victimes comme des êtres humains dont il faut prendre soin», a-t-il déclaré.

Cette rencontre était aussi une occasion de connaître les attentes des victimes vis-à-vis du FONAREV et pour qu’ensemble ils puissent établir une feuille de route des actions prioritaires pour un plan quinquennal.

Les participants de leur côté, ont fait des témoignages des viols dont ils ont été victimes dans différents coins du Sud-Kivu dont Bukavu, Mwenga, Fizi, Walungu, Shabunda, Kabare, Uvira, Kalehe, etc.

Tout en saluant l’apport de la Première Dame, Denise Nyakeru Tshisekedi, ils ont tous, à l’unanimité, émis le vœu de voir les responsables de ces massacres être traduits en justice afin de répondre de leurs actes.

Lire aussi: 25 ans après le massacre de Kasika : « notre papa n’est pas mort mais a été tué » (Abdallah Mapenzi)

« C’est un sentiment de joie pour nous en voyant désormais notre gouvernement via le FONAREV s’occuper de nos dossiers. A présent, nous avons la foi et l’espoir que bientôt nous serons remis dans nos droits. Les coupables seront punis conformément aux lois du pays. Nous avions perdu des parents, frères, sœurs, des connaissances et des familiers pendant les guerres. Depuis lors, nous sommes abandonnés à notre triste sort. Certaines personnes ont été torturées, d’autres mutilées, violées et engrossées par des éléments des groupes armés nationaux et internationaux. Nous restons disponibles pour collaborer étroitement avec les autorités du pays et le FONAREV afin dire tout haut tout ce que nous avions subi et ce que nous continuons à subir. Nous demandons au Président de la République de tout mettre en œuvre pour que les annexes du rapport Mapping soient aussi publiés », a fait savoir l’une des victimes venue de Fizi.

Après avoir écouté les témoignages et autres préoccupations des victimes, le DG Julien Lundula a tenu à rassuré aux victimes de l’engagement et du soutien total de Chef de l’Etat Felix Tshisekedi et de son épouse dans cette lutte.

« Le gouvernement va donner une identité aux enfants issues du viol. Des centres de formation professionnelle seront également construits pour aider toutes les victimes des guerres et des violences sexuelles. Les victimes, grâce à l’Etat, auront des opportunités de travailler dans différentes organisations non gouvernementales et institutions publiques. Le Fonds National de Réparation des Victimes collabore avec l’écosystème des victimes, pour avoir une fédération des victimes issue des associations des victimes et d’aide aux victimes pour qu’ensemble nous travaillions sur les réponses à donner à leurs préjudices »

 Message de la Première Dame, Denise Nyakeru Tshisekedi

« Nous ne pouvons espérer un Congo nouveau sans réparer les dommages causés à celles qui, par leur sagesse, bâtissent la nation et par leur force, engendrent et éduquent nos héros. La violence sexuelle en temps de conflit est un problème global, c’est une affaire de tous », rappelle Denise Nyakeru Tshisekedi.

Avant de regagner Kinshasa, la délégation du FONAREV s’est rendue ce samedi 9 septembre 2023 à l’hôpital de Panzi pour y rencontrer le Prix Nobel de la Paix, le Professeur, Dr Denis Mukwege.

« Nous sommes venus présenter au Dr Mukwege, le FONAREV, ses missions et ce que nous sommes en train de faire. Nous connaissons tous que c’est une personne crédible ainsi que sa fondation dans le domaine des victimes pour qu’il puisse échanger sur toutes les questions concernant les victimes et éventuellement voir dans quel sens nous pourrions collaborer avec le Professeur…il nous a chaleureusement reçu et il nous a dit que c’était une fierté pour lui qu’aujourd’hui le fonds puisse exister. Tout en saluant l’implication personnelle de la Première Dame pour que ce fonds soit une réalité, le Prof Mukwege sera avec nous dans l’accompagnement tant au niveau national qu’international», a révélé le DG Julien Lundula.

Notons que c’est en Octobre 2021 qu’une table Ronde Exclusive s’est tenue à Kinshasa pour la mise en place du Fonds National des Réparations des Victimes. Le 26 Décembre 2022, a eu lieu la promulgation de la Loi N° 22065 fixant les principes fondamentaux relatifs à la protection et à la réparation des victimes des violences sexuelles liées aux conflits et des crimes contre la Paix et la sécurité de l’humanité, instituant le FONAREV.

Abdallah Mapenzi

Share.

Un commentaire

  1. Pingback: RDC: le FONAREV peut collecter sa quotité sur la redevance minière! - La Prunelle Verte

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.