Accès Humanitaire

« La plupart des miliciens Maï-Maï Léopards démobilisés le 9 février dernier par le processus DDRC; n’étaient pas miliciens, plutôt des jeunes du milieu fabriqués et instrumentalisés, par certaines personnes en quête d’une vie facile. »

La révélation est du Cercle des Jeunes pour la Promotion Socio-Economiques (CJPSE); dans une déclaration rendue publique ce mardi 16 février, après une enquête menée à ce sujet.

Dans ce document dont une copie nous est parvenue, le Cercle des Jeunes pour la Promotion Socio-économique; indique que tous les 29 ex-combattants présentés devant le comité de sécurité par la CIAP-DDRC, ne sont pas des Maï-Maï.

Parmi-eux, explique notre source, figurent des jeunes recrutés dans la cité et ses environs; avec promesse d’avoir le travail dans le projet Fond Social, soit être recrutés comme sensibilisateurs dans le projet DDRC.

« Plus de 15 parmi ces ex-combattants, sont des anciens Maï-Maï, auto-démobilisés qui étaient dans la cité; et qui voulaient avoir des papiers de démobilisation ou une couverture sécuritaire. Plusieurs de ces derniers étaient même dans la communauté depuis plus de 5 ans; et ne faisaient plus partie d’aucune milice« , dit l’organisation.

Le même document révèle que l’autoproclamé chef milicien de ce groupe, du nom de Kalondero, est lui même ancien Maï-Maï.

Vu cette triste réalité, le CJPSE a dressé quelques recommandations aux différentes autorités. Kambale Mukosabei, cadre de cette association, plaide ainsi pour des enquêtes du Gouvernement provincial autour de cette reddition; et appelle la Monusco à organiser un dialogue social et suivre de près ces ex-combattants rendus.

Roger Kambale, à Lubero

Share.

Un commentaire

  1. Jackson Roseline on

    Dommage d’entendre cela! Je pense qu’il est important de mettre beaucoup du sérieux dans la mise en oeuvre du programme DDRC-CIAP, si cela se révèle être vraiment vrai!

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.