Accès Humanitaire

Les affrontements ont repris ce Jeudi 30 Mai entre la coalition FARDC-SADC contre les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda dans la cité de Sake et ses environs en territoire de Masisi (Nord-Kivu).

L’armée qui livre la nouvelle à travers son porte-parole dans la région affirme avoir riposté contre cette menace visant à occuper la cité stratégique de Sake jusqu’à stopper l’avancée des rebelles.

Lire aussi : Nord-Kivu : poursuite des combats sur les lignes de fronts de Sake et environs

« Tôt ce jeudi 30 mai, les terroristes de l’armée Rwandaise et leurs  alliés du M23, se sont mis à bombarder à l’aveuglette la cité de Sake et ses environs.  Les FARDC et leurs partenaires ont réagi efficacement. À ce stade, le mouvement ennemi a été stoppé net », fait savoir le colonel Guillaume Ndjike Kaiko, porte-parole de l’armée.

De son côté, la coalition M23-RDF-AFC accuse l’armée congolaise et ses partenaires d’avoir bombardé des zones densément peuplées avec des conséquences sur la vie des civils.

« Ces bombardements ont visé les populations civiles dans les zones densément peuplées à Kilorirwe, Mushaki, Bweremana, Sake et leurs environs. Ces bombardements aveugles, qui tuent et déplacent nos compatriotes, constituent des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Le bilan provisoire de ce jeudi 30 mai 2024 fait état de quatre personnes tuées, de plusieurs blessés et de déplacés internes, ainsi que des maisons détruites et plusieurs vaches tuées », indique Lawrence Kanyuka, porte-parole du M23.

À la suite des affrontements de ce même jour, plusieurs sources dans la zone affirment qu’une bombe venue des rebelles a touché des véhicules de la force de la SADC à Sake vers l’hôpital.  Des informations non encore confirmées par des sources officielles.

Freddy Ruvunangiza, depuis Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.