Accès Humanitaire

Dans une déclaration faite par la coordination de la Société Civile du territoire de LUBERO ce lundi 3 février 2020, les acteurs de la société Civile de cette partie de la province du Nord-Kivu  exigent  le départ immédiat de monsieur Kambale Kitiiri Faustin, administrateur assistant chargé des questions politiques et administratives en territoire de Lubero endéans 48 heures.

La Société Civile reproche à Kambale Kitiiri, le  comportement «délinquant et répétitif » qui se distingue ce dernier temps par des actes de tracasserie et d’humiliation des agents publics de l’Etat et de leaders communautaires du territoire de Lubero.

La Société Civile de Lubero renseigne que l’administrateur assistant chargé des questions politiques et administratives de Lubero use  de son pouvoir pour orchestrer « des arrestations arbitraires et intempestives, des pratiques ignobles comme la corruption, le rançonnement, le terrorisme, la séquestration et l’intimidation de ses administrés » pour dit-on, se chercher malheureusement de l’argent en ternissant l’image de l’administration publique.

La Société civile cite à titre d’exemple, le cas de Monsieur Kambale Tsogo Baudouin, chef de service de l’industrie en territoire de Lubero, qui fut arrêté «arbitrairement et torturé sur ordre de celui-ci » au motif de ridiculiser ses administrés. Elle renseigne également que sur ordre de Kambale Kitiiri,  le bourgmestre de la commune de Kanyabayonga avait été séquestré, mais aussi le chef de groupement Nkulo, et le chef de groupement Babika. 

S’agissant des conflits fonciers et des conflits de pouvoir coutumier, la Société Civile rapporte que le  même administrateur se qualifie dans l’insubordination en entretenant des confusions dans la gestion des conflits coutumiers en profitant de l’argent récolté de tous les côtés.

«Le cas le plus récent est la séquestration nocturne, de Monsieur Muhindo Mukosa Senge, à la résidence de Monsieur Kambale Kitiiri dans la nuit du premier au 2 février 2020, de 22 heures 30 à 02 heures 30 du matin avec coups et blessures volontaires en présence de sa femme et sa fille »  s’indigne la Société Civile de Lubero.

Pour ne citer que ces quelques cas, la Société Civile explique que son comportement indigne de sa part fait du territoire de Lubero, une entité victime des problèmes majeurs décriés par la population à l’instar des conflits des terres, des pouvoirs coutumiers, du banditisme à mains armées, du trafic des produits prohibés, du détournement des biens destinés au territoire comme les parcelles Issues du lotissement.

«Son ivresse publique fait de lui un administrateur de territoire indésirable, qui ne se reproche de rien et altère la représentation de l’administration publique suite au non-respect de l’éthique et de la déontologie professionnelle. Il est loin d’assurer la gestion politique et administrative du territoire de Lubero qui a besoin d’une collaboration franche entre la population et les autorités publiques » soutient la structure.

D’où l’exigence de la Société Civile du territoire de Lubero d’une enquête et une sanction administrative suivie d’une restitution des biens mal acquis et exige le départ immédiat de l’administrateur du territoire assistant dans 48 heures.

Faute de quoi, elle annonce des actions de grande envergure pour obtenir son départ.

L’incriminé n’a pas encore souhaité réagir sur ces accusations.

Bertin Bulonza

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.