Accès Humanitaire

A Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, des milliers des manifestants de l’UNC ont bravé l’interdiction de manifester de l’Hôtel de ville afin de demander la libération de Vital Kamerhe. En première ligne, des députés nationaux de ce parti politique présents à Kinshasa aux côtés des responsables de l’UNC et d’autres militants venus clamer haut et fort l’innocence de leur leader.

On pouvait voir des députés nationaux UNC comme Amato Bayubasire, élu de Walungu, Claude Misare d’Uvira ou encore Bertin Mubonzi de Kinshasa. 

A leur côté, Aimé Boji Sangara, Secrétaire Général intérimaire de l’UNC, Richi Muhozi, Conseiller de Vital Kamerhe en charge de la région des Grands-Lacs et plusieurs autres.

« Le dossier est vide. Kamerhe est innocent. Les politiques doivent éviter d’instrumentaliser la justice. Un procès encore en appel ne peut pas être publié dans le journal officiel. Nous remercions la population de tout le pays et particulièrement au Sud-Kivu: Bukavu, Uvira, Fizi, Kabare, Kamanyola et Walungu, ma circonscription électorale » insiste Amato Bayubasire à Laprunellerdc.info.

Lire aussi: RDC: manifestions dans plusieurs villes et villages, l’UNC réclame la libération sans condition de Vital Kamerhe

C’est une UNC unie comme un seul homme qu’on a retrouvé dans les rues de la RDC ce vendredi. Comme à Kinshasa, plusieurs autres manifestations ont été rapportées dans beaucoup de villes et agglomérations de la RDC. Il s’agit pour les partisans de Kamerhe, de rappeler qu’ils croient toujours et encore à l’innocence de leur leader.

Dans le Kivu par exemple, les plus fortes mobilisations ont été visibles dans les villes de Bukavu et Goma ou encore à Walungu. Dans ces agglomérations, les rues ont été noires de monde pour apporter le soutien à Kamerhe.

Eric Shukrani

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.