Accès Humanitaire

Vous le savez déjà. La Cour militaire siège en flagrance en chambre foraine dans le dossier qui oppose le ministère public contre les prévenus auteurs des plusieurs infractions commises dans le Parc National de Kahuzi Biega depuis ce mardi 4 février 2020 dans le groupement de Miti, en territoire de Kabare (Sud-Kivu).

Il est reproché aux prévenus la détention des munitions de guerre, l’appartenance à une association des malfaiteurs et la destruction méchante du parc de Kahuzi Biega.

Dans son réquisitoire, le ministère public a plaidé pour que la Cour militaire retienne les trois infractions telles qu’énumérées.

Pour la première de détention des munitions de guerre, le ministère public exige une peine de 10 ans de prison ferme, 15 ans de prison ferme pour la deuxième infraction d’appartenance à une association des malfaiteurs, et 3 ans de prison pour destruction méchante du PNKB.

La partie défenderesse, elle, plaide non coupable pour ses clients et pense que rien ne justifie l’existence de toutes ces infractions de la part de ses clients, d’où la demande de leur relaxation pure et simple.

Le procès ainsi tenu en flagrance, le jugement pourrait intervenir donc ce même mardi 4 février 2020 dans les heures qui suivent.

Pour comprendre le dossier:  Sud-Kivu: les FARDC démantèlent le groupe «Kasula» actif dans le PNKB et rassurent les touristes

Lire aussi: Kabare-Miti: début ce mardi du procès des présumés auteurs d’exactions dans le PNKB

Museza Cikuru

Partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.