Accès Humanitaire

    N’ayant pas réussi à se faire élire aux récentes législatives nationales de 2023, Jean Chrysostome Kijana annonce avoir repris ses fonctions de Président national de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI).  Dans un entretien avec La Prunelle RDC ce jeudi 25 janvier 2024, Kijana a expliqué que pour des raisons d’éthique et de morale, il avait pris ses distances avec cette grande faîtière de la Société Civile qu’il dirigeait pour briguer la députation nationale dans le regroupement politique AEDC-A de Modeste Bahati Lukwebo.

    Une démarche qui, malheureusement pour lui, n’a pas débouché par un résultat positif en sa faveur. C’est dans ce sens qu’il dit reprendre ses fonctions de Président national de la NDSCI, où il compte poursuivre son combat de défense des plus démunis.

    Lire aussi :Législatives au Sud-Kivu: quel sort pour les acteurs de la Société Civile devenus acteurs politiques ? 

    « Pour des raisons d’éthique et de morale, j’avais pris toutes mes distances avec les questions pertinemment politiques de la NDSCI. C’est ce qu’on appelle mise en disponibilité. Mais comme je n’ai pas été élu, qu’est ce qui m’empêcherait de reprendre mes fonctions de Président national de la NDSCI? », se questionne-t-il.

    À la question de savoir si cette démarche respecte l’esprit de la charte régissant la Société Civile notamment pour le cas des acteurs sociaux ayant migrés vers la politique,  Jean Chrysostome Kijana soutient qu’aucune loi n’interdit aux acteurs de la Société Civile n’exerçant pas des responsabilités politiques de revenir.

    « Il faut d’abord préciser qu’il n’y a aucune loi, aucune obligation qui impose aux acteurs de la Société Civile de démissionner quand ils ont des ambitions politiques. Les acteurs de la Société Civile sont des citoyens à part entière. Quand on est acteur social, on n’est pas privé de ses droits politiques et civils. Et parmi ces droits, il y a celui d’être candidat et celui de voter pour un candidat. Et donc les acteurs de la Société Civile qui ont postulé n’ont commis aucune infraction. Parce qu’on parle de l’incompatibilité, il faut relever qu’elle intervient lorsqu’un acteur de la Société Civile a des responsabilités politiques. Être candidat, ce n’est pas avoir des responsabilités politiques. On peut être candidat et ne pas avoir des responsabilités politiques », précise Kijana.

    Kijana rassure revenir à la NDSCI pour y poursuivre son combat d’éveil de conscience collective.

    « Nous allons continuer à travailler sur l’éveil de la conscience collective pour amener les congolais à comprendre que l’avenir du Congo est entre nos mains. Nous n’allons pas désarmer. Jean-Chrysostome Kijana est droit dans ses bottes. Il a repris ses fonctions et il n’y a pas d’incompatibilité. Le jour où j’aurai une responsabilité politique dans un parti politique, je démissionnerai», assure-t-il.

    Celui-ci explique que la loi électorale telle que modifiée à ce jour n’a pas donné la possibilité aux acteurs de la Société Civile de se faire élire comme des candidats indépendants.

    C’est à ce titre qu’ils se sont retrouvés dans l’obligation de se faire aligner dans des partis et regroupements politiques.

     « J’ai été aligné sur la liste de AEDC-A. Il y a des personnalités, des Alliés, des courants sociologiques qui sont alignés dans ce regroupement-là. Et ça ne pose pas problème. Comme je n’ai pas été élu, je viole quelle règle, quelle loi si je reprends mon rôle de défenseur des droits humains ? Je n’ai aucune responsabilité politique, je n’ai aucune fonction politique, alors, où est l’incompatibilité? », veut-il savoir.

    À la préoccupation de savoir pourquoi les acteurs de la Société Civile n’ont pas réussi à se faire élire, Kijana responsabilise cet échec à la mauvaise organisation des élections par la centrale électorale. Il a fortement déploré les conditions dans lesquelles les élections ont été organisées par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

    « Ces élections n’ont pas été organisées dans de bonnes conditions. Elles sont les plus médiocres, les plus chaotiques de tous les cycles électoraux que nous avons connus dans ce pays. Le désordre a été décrié par tout le monde. La fraude massive a été observée. Bref, ces élections n’ont pas été crédibles et ne reflètent pas la volonté du souverain primaire », a-t-il déploré.

    Le Président National de la NDSCI a par cette occasion exprimé son regret de voir que certains congolais n’ont pas jusque-là renoncer aux mauvaises pratiques consistant à élire pour des personnes sans éthique.

    « Comme la population a décidé de jeter son dévolu sur des commerçants, des personnes qui ont basé leur campagne sur l’argent, les tribus, les matériels et la communauté », regrette Jean Chrysostome.

    Ce qui justifie selon lui, sa détermination à poursuivre le combat d’éveil des consciences collectives pour amener le peuple congolais à se rattraper lors des échéances à venir.

    Bertin Bulonza

    Partager.

    4 commentaires

    1. MAITRE PLACIDE BN on

      C’EST INCOCEVABLE CETTE REACTION. CA SIGNIFIE QUE NDSCI N’EST PAS UNE SOCIETE CIVILE, MAIS UN BIEN PRIVE, UN ROYAUME OU JC KIJANA EST ROI ETERNELLEMENT. IL EST DÉJÀ DANS LE PARTI POLITIQUE AFDC/A. IL A DÉJÀ UN LA GAGE QUI EST PARTIAL, LUI QUI S’ATTAQUAIT AU GOUVE ET A BAHATI L. IL PARLE MNTNA COMME POUR DEFENDRE SON PARTI, ON SUITE SES DECLARATIONS A LA RADIO. BAMUTOSHE MU NDSCI PAR FORCE. ON NE VEUT PLUS DE NDSCI. FAUSSE SOCIETE CIVILE.

    2. Germain MIRHONYI on

      Le président National de la NDSCI na comis aucune erreur en postulant comme candidat député national aux scrutins du20/12/2023.
      Nous devons encourager d’ailleurs de tels gens.
      L’erreur est que la population n’a pas reconnu les efforts que Le président JC KIJANA ne cesse de fournir pour l’amélioration de leurs vies sociocommunautaire.

    3. DIVIN KUJIRA on

      La ndsci doit faire tout pr barré la route a kijana ,kijana doit aller chercher le travail chez lukwebo et non à la ndsci comme il pense, quand tu a déjà des ambitions des parties politiques directement là bas tu ne plus considérable ds une structure citoyenne bien au service du peuple.la ndsci n’est un royaume de kijana où il doit hérité,non et non,et voilà comment kijana ne fait pas la société civile mais plutôt la politique, combien de fois il a soutenu theongwa bidje kasi dans sa mauvaise gestion de la province avec des corruptions , aujourd’hui il rentre encore a la ndsci pr continuer à accentuer la mauvaise gestion de la province via la corruption., unapata haya kijana n’a unapatisha ndsci dont je suis membre haya .

    4. Pingback: Guerre au Nord-Kivu: la NDSCI demande au Président de cesser de caresser la communauté internationale ! - La Prunelle RDC

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.