Accès Humanitaire

Le militant du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha RDC-Afrique), a passé ce mardi 26 février, sa deuxième nuit à la prison centrale Munzenze de Goma, après avoir passé plus de 10 jours à la prison du Parquet de Goma.

Selon cette structure citoyenne, Thierry Muhongya a été arrêté dans son quartier le 14 février dernier, lors de l’ouverture du Festival Amani, qui a été marquée par des contestations dès son premier jour. Des habitants avaient manifesté jusqu’au collège Mwanga, où se tenait le festival, pour contester sa tenue dans la ville de Goma, en exigeant sa  délocalisation pour Beni.

 « Il y avait une grande mobilisation et déploiement des éléments de la Police Nationale Congolaise sur le lieu afin d’éviter les débordements. C’est au cours de ces événements que notre compagnon de lutte s’est vu être arrêté par les éléments de la police qui l’avait soupçonné d’être adepte de Monsieur Bwana Puwa qui était recherché par la PNC à travers un mandat d’arrêt. Nous demandons au service de sécurité de savoir toujours différencier les manifestants aux passants pendant leurs opérations. » explique la Lucha RDC-Afrique.

Cette structure citoyenne estime que c’est le fait d’avoir certaines ressemblances avec Bwana Puwa, qui a conduit à l’arrestation de ce Thierry Muhongya.

Des militants de cette structure citoyenne exigent sa libération immédiate, et menacent de projeter des actions de grandes envergures dans les jours qui viennent, si leur camarade ne recouvre pas sa liberté.

Le militant du Mouvement National du Congo (MNC) Bwana Puwa, et ses 3 collègues, ont également été arrêtés le 14 février dernier, au Festival Amani. Des organisations citoyennes ont également demandé la libération de ce dernier, que la police accuse d’avoir crée des groupes insurrectionnels dans la Ville de Goma depuis un moment.

Freddy Ruvunangiza, depuis Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.