Accès Humanitaire

    Plusieurs artères et boulevards de la mégapole kinoise sont restés vides ou avec très peu de trafic ce samedi.

    Malgré le report du confinement par les autorités étatiques, les habitants de Kinshasa ne sont pas sortis de leur maisons le samedi.

    Il est 11 heures locales, sur le boulevard du 30 juin, le trafic est fluide, presque pas de véhicule sur la route. On en compte sur le bout du doigt.

    Un habitant de trouvé et interrogé par Laprunellerdc.info, raconte que pour un trajet, qu’il a souvent fait en deux heures, il l’a fait en  15 minutes, aller et retour. Il n’y a presque rien sur la route. Pas de véhicule moins encore des piétons.

     

    Cette situation est restée comme cela pendant toute la journée. Cependant, l’on note dans les heures verspérales, la sortie des quelques personnes dans certains quartiers chauds de Kinshasa.

    A Tshangu par exemple, mais c’est toujours sans afflux de masse comme c’est souvent le cas 

    Certains estiment que les kinois ont pris conscience de la gravité de la pandémie qui sévit leu milieu. Ils ont choisi de rester à la maison pour se protéger et protéger les leur.

    Samedi
    Sur une rue de Kinshasa ce samedi à 11 heures locales. 

    D’autres par contre, estiment que c’est lié à la fatigue des courses faites à la veille car ils préparaient à ne pas sortir pour 4 jours. Et ça n’a rien à voir avec le respect des gestes barrière.

    Le gouverneur de la ville province de Kinshasa avait décidé de confiner par intermittence des habitants de sa juridiction avant de reporter ce confinement, quelques heures seulement avant son début.

    Il avait expliqué ce report par des mesures d’accompagnement du confinement qui n’étaient pas encore toutes réunies. C’est entre autres des mesures d’urgence humanitaires tel que la distribution des vivres et non vivre aux plus démunis.

    Cette décision a suscité des vives réactions de part et d’autre.

    Le cardinal de Kinshasa à lui déclaré que les autorités étaient entrain de rayonner dans la gestion d’une question qui met en jeu pourtant, la vie des milliers des congolais.

    Il a de ce fait demandé que les autorités prennent leur responsabilité.

    Pour lui, c’est le confinement intégral suivi des mesures d’urgence humanitaire qui serait indiqué pour réduire l’expansion de cette dangereuse pandémie.

    Stephie Mukinzi, depuis Kinshasa

    Partager.

    Un commentaire

    1. Bertin Musikami on

      Là où les gens prennent conscience du danger qui les attend, on n’a pas besoin d’une police pour que les gens soient confinées. Le plus grand soucis de la majorité des kinois c’est d’avoir à manger pendant le confinement sinon tout le monde est conscient des conséquences que présente ce coronavirus.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.