Accès Humanitaire

« Jeunes Nous Pouvons » dénonce le manque d’éclairage public dans les rues de la ville de Bukavu dans la province du Sud-Kivu. Pourtant, rappelle ce mouvement des Jeunes, les clients de la SNEL, qui sont des habitants, paient un pourcentage pour l’éclairage public sur leurs factures.

Gaspard Bizimana, de « Jeunes nous Pouvons », se plaint que le manque de l’éclairage public dans la ville de Bukavu soit une source d’insécurité malgré que la population paye la facture sur l’éclairage public.

Lire aussi : RDC : quelles sont les attributions du Conseil communal ?

Gaspard Bizimana regrette de constater que malgré que la SNEL perçoive 1 % de l’argent de l’éclairage public au compte de la Mairie, aucune route n’est alimentée par cet éclairage qui devrait être un droit.

« Vous allez vous rendre compte qu’à partir de Nguba jusqu’à la place de l’Indépendance, nous n’avons pas d’éclairage public à part deux poteaux que nous retrouvons vers DATCO et l’autre vers Labotte. Jusqu’à la Brasserie, il y a toujours de l’obscurité, il faut voir aussi la prolifération des enfants de la rue appelés Maibobo dans le tronçon ISP-Essence et Muhungu, vous allez comprendre que vous ne pouvez pas quitter la fête la nuit dans certaines avenues de la ville de Bukavu par peur d’être cambriolé », dit-il.

Bukavu est parmi les villes les plus noires à chaque tombée de nuit suite au manque de l’éclairage public sur ses principales artères. Une situation qui crée l’insécurité nocturne.

« Jeunes Nous Pouvons » appelle donc le Maire de Bukavu à prendre au sérieux la sécurité des habitants en installant de l’éclairage public sur toutes les avenues de Bukavu.

Pour ce mouvement des jeunes, si rien n’est fait, des actions de pression seront organisées pour dénoncer cette situation. 

Trésor Wilondja

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.