Accès Humanitaire

Le président de la République, Félix Tshisekedi, a proclamé la gratuité de l’enseignement primaire sur toute l’étendue du pays; mettant fin à la prise en charge des enfants par les parents (Prime). Pourtant cette année  à Bukavu,  plusieurs gestionnaires d’écoles primaires ont demandé aux parents de payer pour la scolarité de leurs enfants.

A l’école primaire Lestonac par exemple, les frais de scolarité sont fixés et les parents appelés à les payer. Il s’agit de 40 dollars pour le degré terminal et de 60 dollars pour les classes inférieures.

Au collège Alfajiri, niveau primaire, c’est dans le cahier de communication des élèves que le message a été envoyé aux parents. On leur demande de payer 50 dollars par trimestre.

Des sources proches de ces écoles on apprend que ce sont les parents qui ont demandé à ce que les études reprennent; et qu’ils commenceront à prendre en charge la scolarité de leurs enfants.

Dans d’autres écoles où les parents croient à la gratuité et qui sont réticents à payer; les enfants ont été renvoyés afin de pousser leurs parents à payer. C’est le cas des écoles primaires Asteria, Mosala, Buholo garçons, Camp Cinéma, et St François dans la Commune de Kadutu.

« Nous, on a déjà renvoyé les enfants à la maison et les parents qui auront du mal à voir leurs enfants à la maison; n’auront qu’à payer les frais scolaires ou soit l’Etat règle cela le plus vite possible. Nous sommes aussi responsables des familles comme eux et s’ils étaient conscients de cela, ils comprendraient », nous fait savoir une source proche d’une école.

Dans une autre école où les élèves étudient, nous apprenons que là; on attend voir la réaction du gouvernement pour prendre une décision. «Certains parents nous obligent de dispenser les enseignements mais ils doivent être conséquents ».

Le silence des autorités inquiète

L’arrêté dernièrement pris par le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST); demande que les frais de scolarité au niveau secondaire soit fixé par le Gouverneur de province; en commun accord avec les gestionnaires et les parents. il souligne également la gratuité de l’école de base.

A Bukavu il s’observe une fixation de ces frais par les gestionnaires; alors que le Gouverneur de province n’a pas encore signé un arrêté dans ce sens.

C’est le cas de l’Athénée d’Ibanda où les frais de scolarité sont fixés à 55 dollars par trimestre au secondaire; et à l’ITFM 50 dollars pour la confirmation.

A l’institut Bwindi où le gouverneur est parti lancer l’année scolaire 2020; les frais de confirmation d’inscription ont été demandé aux parents.

Certains parents se demandent pourquoi les autorités en province restent aphones sur cette situation. Beaucoup ne comprennent pas pourquoi l’arrêté du Gouverneur tarde à sortir.

Les autorités ayant en charge l’enseignement primaire en province n’ont pas encore préféré se prononcer sur cette question.

Il faut dire que l’initiative de la prise en charge de l’enseignement par les parents étaient venue du Sud-Kivu; une initiative de l’église catholique, quand le président de l’époque, Mobutu Sese Seko, avait « abandonné » ce secteur.

Des habitants de ce coin craignent que ça soit encore au Sud-Kivu que cette initiative renaisse; eux qui se sont sentis soulagées par la décision du Gouvernement congolais de prendre en charge tout les frais liés l’enseignement de base.

Thomas Uzima

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.