Accès Humanitaire

Deux candidatures ont été déposées aux élections sénatoriales. Aucun dépôt des dossiers de la part des candidats Gouverneurs et vice-Gouverneurs dans la province du Sud-Kivu jusqu’à ce jeudi 15 février à 13 heures. Un jour seulement avant la fin de dépôt des candidatures des gouverneurs, Vice-gouverneurs et sénateurs dans la province du Sud-Kivu, des candidats attendent toujours la dernière minute pour déposer leurs candidatures.

Une situation qui va occasionner un retard de la part de la CENI, se plaint Pius Bikungu Secrétaire Exécutif provincial de la CENI Sud-Kivu. Pius Bikungu est l’invité de la rédaction (Interview).

Lire aussi: Elections en RDC : des candidats se font arnaquer au nom du Chef de la CENI Sud-Kivu

La Prunelle RDC : A un jour de la fin de dépôt des candidatures de gouverneurs,  vice Gouverneurs et Sénateurs,  combien de candidatures avez-vous réceptionné jusque-là ?

Pius Bikungu : Nous avons ouvert le Bureau de Réception et de Traitement de Candidatures (BRTC) depuis le 2 février 2024 et nous allons clôturer le 16 février soit demain soir. Depuis le 2 jusqu’à ce jour,  nous avons réceptionné les gens qui sont venus retirer les formulaires. Jusqu’à hier, il y avait cinq mandataires qui sont venus retirer le formulaire pour le compte du Gouverneur. Mais  curieusement jusque-là il n’y a encore aucun dossier de Gouverneur ou vice-gouverneur qui a déjà été déposé.  Pour les Sénateurs, nous avons déjà vu dix-huit mandataires qui sont venus retirer le formulaire.  De ces dix-huit, nous avons cinq regroupements politiques et treize des Indépendants. De ces dix-huit, il n’y a que deux qui ont déjà déposé leurs dossiers, c’est-à-dire deux candidats sénateurs. Nous attendons jusqu’à ce moment pour voir si les autres candidats vont venir. 

La Prunelle RDC : avez-vous l’idée de ce qui pourrait bloquer les ambitieux de la ville de Bukavu et leurs périphéries à déposer leurs candidatures ?

Pius Bikungu : Je ne peux pas dire que j’ai l’idée de qui peut les  bloquer.  Ce  que je sais est  qu’ils ont d’abord le problème des enjeux politiques. Les partis et regroupements politiques cherchent à savoir qui a déjà postulé, la liste du parti ou regroupement, comment est-ce que je peux concurrencer ou non… Il y a ceux-là qui sont ambitieux mais ils attendent le mot d’ordre de leurs autorités morales.  Dans la plupart des cas, depuis que nous avons ouvert le BRTC, les mandataires semblent ne pas être pressés de déposer leurs candidatures. Ils aiment toujours le retard. Quand c’est eux qui occasionnent le retard ils ont toujours des motifs, mais quand il s’agit de la CENI, ils diront que celle-ci a violé le calendrier, et pourtant eux-mêmes ne veulent pas déposer ces dossiers dans le délai. 

La Prunelle RDC : la journée de demain est le dernier jour pour le dépôt des candidats sénateurs, avec possibilité d’engouement ? Y aura-t-il des conséquences liées à cela ?

Pius Bikungu : oui Madame, les conséquences il y en aura toujours. Quand les gens viennent avec retard, nous aurons toujours un grand travail. Ce qu’on pouvait faire en deux semaines, nous le faisons maintenant pendant un jour. Ce qui constitue déjà une conséquence. Dans ces conditions, nous serons obligés de travailler dur et avec une certaine pression. Comme autre conséquence, c’est le déplacement du délai, notre calendrier sera perturbé à cause de ces  gens-là (retardataires). 

Lire aussi: Élections en RDC: la convocation de l’électorat des Gouverneurs, Vice-Gouverneurs et sénateurs reportée

Quand les dossiers sont déposés avec retard et qu’on n’a plus le temps de tout traiter et même pour les erreurs, on n’a plus  le temps de les corriger. Et les dossiers risquent d’être rejetés. 

La Prunelle RDC : avez-vous un message aux candidats de différents partis ou regroupements politiques qui hésitent encore à déposer leurs candidatures ?

Pius Bikungu : le message que nous lançons à ces ambitieux c’est d’être courageux. Je les encourage à déposer même si c’est avec retard mais venez quand-même. N’ayez pas peur,  venez déposer vos candidatures. Nous avons besoin de ces  citoyens ambitieux  dans la société. Le fait qu’ils ont de l’ambition,  constitue un élément qui peut nous être utile dans la province du Sud-Kivu et dans le pays. C’est pourquoi, il faut noter que les femmes sont appelées également à déposer leurs candidatures. Si un parti ou regroupement politique peut s’arranger d’avoir au moins 50% des femmes sur la liste, alors, cette liste n’a pas besoin de payer la caution. Ce qui sera de l’argent épargné et qui servira pour autres choses.

Propos recueillis par Suzanne Baleke

Share.