Accès Humanitaire

La République Démocratique du Congo, est dans le processus d’élaboration du Plan d’Action national de la Résolution 1325 des Nations-Unies sur l’agenda Femme, Paix et Sécurité pour la troisième génération. Le Sud-Kivu qui est l’une des provinces qui ont beaucoup milité pour la mise en place de deux dernières générations se range en ordre utile dans l’élaboration de ce plan d’action national de troisième génération, qui cette fois, devra ramasser tous les défis liés à la mise en œuvre du plan d’action national de deuxième génération.

Pour y arriver, un atelier sur l’évaluation de la mise en œuvre  du Plan d’Action national de deuxième génération vient d’être organisé à Bukavu par la Division provinciale du Genre, Famille et Enfant au Sud-Kivu avec l’appui de « ONU Femmes ».

Lire aussi : Monde : « plus de 200 millions de femmes ont subi des mutilations génitales » (ONU FEMMES)

Objectif : dégager les avancées, les défis et formuler les recommandations pour les intégrer dans le plan de troisième génération en cours d’élaboration au niveau du Secrétariat Technique national de la R1325.

À en croire, Gobi Kinkufi, Expert au Secrétariat national de la Résolution 1325,  l’objectif est d’élaborer un Plan d’Action national pour la troisième génération qui tiendra effectivement compte des besoins de la province du Sud-Kivu pour une meilleure appropriation.

« Nous sommes engagés dans un processus qui est celui de pouvoir élaborer un Plan d’Action national de la résolution 1325 de troisième génération. Mais avant d’élaborer ce plan d’action de troisième génération, le pays dispose d’un plan d’action de deuxième génération. Et l’une des étapes qui conduisent à l’élaboration du plan trois, c’est évaluer la mise en œuvre de celui de deuxième génération. Donc notre présence ici à Bukavu tient effectivement du fait que nous sommes venus, pour qu’ensemble, avec les acteurs et actrices provinciaux nous puissions évaluer la mise en œuvre de ce plan de deuxième génération de manière à pouvoir dégager les principaux résultats qui ont pu être obtenus et mêmes les résultats qui n’ont pas été atteints. On va voir les défis et les recommandations que les acteurs d’ici ont formulé pour les prendre en compte dans le Plan d’action national de troisième génération », a laissé entendre Gobi Kinkufi.

Au cours de la rencontre, la Division provinciale du Genre, Famille et Enfant du Sud-Kivu a fait un état de lieux de la mise en œuvre du Plan d’Action national de deuxième génération.

Dans le souci de matérialiser les acquis de ce plan, Jacqueline Ngengele, Chef de Division provinciale du Genre, Famille et Enfant a expliqué que la province du Sud-Kivu a développé d’autres mécanismes internes tels que : la mise en place du Groupe Thématique Genre Provincial et dans les territoires, la mise en place des clusters et sous clusters, l’alignement des partenaires locaux selon les axes prioritaires de la R1325, la mise place du Plan Provincial triennal du secteur Genre et la mise en place d’un plan d’Action Provincial de la R1325.

Lire aussi : « Au rythme de la situation actuelle, il faudra près de 300 ans pour parvenir à l’égalité des sexes » (ONU-Femmes)

La Division provinciale du Genre au Sud-Kivu s’est frotté les mains de voir qu’avec le plan de deuxième génération, il existe désormais en province : une coordination provinciale de la R1325, un Secrétariat Permanent  fonctionnel au sein de la Division Provinciale du Genre sur la R1325, des comités locaux de la R1325 fonctionnels sur l’ensemble des 8 territoires que compte la Province et plusieurs autres avancées.

Parlant des défis qui ont été enregistrés pendant la période de mise en œuvre du Plan d’action national de la R1325 dans sa province, Jacqueline Ngengele a noté qu’il  y a eu moins de projets et programmes développés en faveur des activités de mise en œuvre de la R1325.

Elle regrette de voir que la fermeture de certains bureaux des partenaires techniques et financiers (le cas de I’ONU Femmes) a négativement impacté le processus de mise en œuvre de cette résolution portant sur l’agenda Femme, Paix et Sécurité.

Pour permettre l’opérationnalisation du Secrétariat technique de la R1325 en province, la Division du genre a soulevé quelques besoins essentiels qui nécessitent une prise en compte dans le Plan d’Action national de troisième génération.

C’est entre autres, doter le Secrétariat des outils de travail tels que les équipements, mobiliers et matériels de bureaux, une connexion internet, un kit informatique (imprimantes, ordinateurs,….), un kit d’énergie renouvelable et une mobilité constituée des engins roulants pour les travaux de terrain.

Cette rencontre qui a connu la participation de plusieurs acteurs et actrices, étatiques, de la Société et des organisations féminines s’est tenue à l’Auditorium de la Femme grâce à l’appui financier de « ONU Femmes ». 

Bertin Bulonza 

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.