Accès Humanitaire

 Au moins 27 personnes ont été tuées au cours du mois d’Août 2020 dans la Province du Sud-Kivu, Est de la République Démocratique du Congo selon ,l’organisation Sajecek Forces Vives.

L’organisation l’annonce dans son traditionnel «Bulletin Surprise» rendu public mardi 8 septembre 2020.

A en croire l’organisation spécialisée dans la gouvernance sécuritaire, 4 cas de justice populaire, 24 maisons attaquées par des bandits armés, 13 véhicules braqués et 11 cas d’enlèvements ont été enregistrés au cours de la même période.

Dans le chapitre des personnes tuées, Bukavu, Chef-lieu de la Province vient en première position avec 8 cas suivi du territoire de Mwenga avec 6 cas. Le territoire de Kabare vient en troisième position avec 4 cas suivi de celui de ceux Walungu et de Kalehe avec 3 cas chacun.

Shabunda a enregistré 2 tueries alors que Uvira n’a enregistré qu’un seul cas, selon Sajecek.

Au cours de ce mois d’Août, une légère diminution par rapport au mois de juillet a été notée où 28 cas ont été répertoriés.

Parlant des maisons attaquées, l’organisation révèle que 24 maisons ont été attaquées par des bandits armés au mois d’août contre 82 au mois de juillet. La ville de Bukavu est toujours en première position avec 8 cas suivi du territoire de Mwenga.

Le braquage des véhicules reste d’actualité en province. 13 véhicules ont été attaqués, rapporte Sajecek Forces Vives.

11 personnes ont également été victimes d’enlèvements en province. 10 à Uvira et un à Mwenga.

4 cas de justice populaire ont été enregistrés durant le mois d’août dernier.

Voici le tableau peint par Sajecek Forces Vives
Tueries Maisons attaquées Véhicules braqués Enlève-ments Justice populaire
Bukavu 8 8 2
Kabare 4 4 2
Walungu 3 3 3 1
Mwenga 6 2 4 1
Uvira 1 3 1 10
Fizi
Shabunda 2 1
Idjwi
Kalehe 3 3 3 1
Total 27 24 13 11 4
Pourquoi l’insécurité grandissante?

Alors que l’organisation SAJECEK Forces Vives relève que la sécurité au Sud-Kivu est « le cadet de souci des autorités », elle revient également sur ce qu’elles considèrent comme principales causes de l’insécurité.

C’est entre autres, l’activisme des groupes armés nationaux et étrangers,  mauvais encadrement des militaires et policiers, circulation des armes à feu dans les mains de civils, absence d’un plan pour la sécurisation de la province ou encore le manque de volonté des autorités.

Jean-Luc M.

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.