Accès Humanitaire

Au cours du mois d’octobre 2022, la  République Démocratique du Congo a connu une augmentation de 52% des cas des violations et atteintes des droits de l’homme liées à l’espace démocratique.

Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) qui avance ces chiffres, renseigne que 44 violations et atteintes des droits de l’homme liées à l’espace démocratique, ont été documenté en octobre, par rapport au mois de septembre qui avait connu seulement 29 cas.

Selon le BCNUDH, parmi les 44 victimes, figurent des membres de la Société Civile, des défenseurs des droits de l’homme et des membres de mouvements citoyens.

«35 dont une femme et trois enfants, sont des membres de partis politiques, trois sont des membres de médias et trois sont des personnes qui n’ont pas d’affiliation spécifique,» note le rapport.

Trente-huit de ces violations et atteintes sont attribuables à des agents de l’Etat, dont 14 à des agents de la PNC, neuf à des militaires des FARDC, neuf à des agents de l’ANR et six à d’autres agents de l’Etat.

 Les combattants des groupes armés sont responsables de six atteintes liées à l’espace démocratique, dont trois attribuables aux combattants Maï-Maï et trois à d’autres groupes armés.

Bertin Bulonza

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.