Accès Humanitaire

    L’Association Nationale des Victimes au Congo (ANVC) a saisi le Procureur près la Cour de Cassation de Kinshasa, ce 2 janvier 2024, pour dénoncer l’incitation à la haine tribale en charge de Christian Mwando Simba, ancien député national et cadre du parti « Ensemble pour la République ».

    Elle demande des poursuites judiciaires contre Christian Mwando Simba pour incitation à la haine tribale

    Cette association indique qu’elle a été saisie par plusieurs personnes victimes de cette incitation à la haine tribale dans la province du Haut Lomami, territoire de Bukama, localité de Luena.

    Dans cette dénonciation, cette association rappelle que ce candidat à la députation nationale avait distillé des propos discourtois et séparatistes contre les Kasaïens en les traitant de « Talibans ».

    Lire aussi: RDC: la Société Civile du Sud-Kivu exige des poursuites judiciaires contre Jules Alingete pour « trahison »

    Pour elle, ces propos ont incité certaines personnes munis des machettes se réclamant Katangais, à prendre d’assaut la localité Luena menaçant tous les Kasaïens habitant le Grand Katanga s’ils ne regagnaient pas leurs provinces respectives.

     « Ces faits sont la conséquence logique de propos tribaux et séparatistes tenus en date du 25 Décembre 2023 par Monsieur Christian Mwando Simba, haut cadre du parti politique Ensemble pour la République du Candidat malheureux à l’élection présidentielle Moïse Katumbi Chapwe, propos diffusés sur la chaîne Malaika TV et devenus viraux sur les réseaux sociaux. Dans son discours, il a qualifié les Lubas du Kasaï de « talibans » et les a accusés d’être responsables des attaques dont il est victime. Il a ainsi incité les originaires du Grand Katanga à la haine tribale envers leurs frères et sœurs de la communauté Lubafone ».

    L’ANVC estime que les conséquences de ces propos sont semblables aux actes dramatiques, ayant abouti notamment aux massacres des lubas du Kasaï à Malemba-Nkulu, entraînant ainsi une épuration ethnique.

    « Les dolents, essentiellement des Lubas du Kasaï, ont subi des viols, des traumatismes, des tortures, et ont été abusés sans scrupules. Plusieurs d’entre eux ont été obligés de fuir en brousse ou vers leurs provinces d’origine pour trouver refuge. D’autres ont été secourus par les Forces de Défense et de Sécurité, disent-ils. Ces lubas du Kasaï ont été victimes de pillages systématiques et d’extorsions honteuses de leurs biens », se plaint ANCV.

    Lire aussi: RDC: la Cour de Cassation demande au bureau du Sénat d’autoriser les poursuites judiciaires contre Thambwe Mwamba, accusé de détournement 

    Le Coordinateur de l’ANVC, Mhyrhand Mulumba demande au Procureur de poursuivre Charles Mwando Simba pour ces faits qu’il considère comme des délits sur les droits de l’homme.

    « Ces actes ignobles, qui défraient toute imagination et heurtent profondément la conscience humaine ; constituent des graves violations des droits de l’homme et des violations flagrantes du droit international humanitaire. Nous estimons que Monsieur Christian Mwando, en tant qu’auteur intellectuel de ces actes, doit en répondre pénalement ».

    Fidèle Ushindi

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.