Accès Humanitaire

Christian Itoki Ileka, ancien ambassadeur de la RDC à l’ONU, rappelle qu’il y a de cela dix ans depuis qu’il a endossé devant la presse, au nom du Gouvernement congolais  le rapport mapping à New York.

Selon lui, la réponse de la communauté internationale à cette époque était plus ou moins mitigée. Il estime cependant que 10 ans plus tard, la vérité sur cette période sombre devrait être dite.

Cet ambassadeur de la RDC à l’ONU à cette époque dit avoir relevé quelques faits dont la reconnaissance du jour et la souffrance du peuple congolais, plus particulièrement celui du Grand Kivu; La reconnaissance des massacres perpétrés sur le sol congolais par les troupes d’agression, massacres que je qualifie de « génocide.

Lire aussi: Rapport Mapping: le Rwanda s’agite!

L’ambassadeur Ikela avait alors demandé que la justice soit faite pour peuple congolais, soit a travers la CPI pour des crimes relevant de cette Cour, soit à travers des chambres mixtes pour les crimes où des ressortissants congolais seraient concernés.

« Le 01 octobre 2010, par une déclaration a la presse, j’endossais le « Mapping Report » au nom du Gouvernement. La reconnaissance des massacres perpétrés sur le sol congolais par les troupes d’agression, massacres que je qualifie de « génocide » . a-t-il dit, avant d’exiger que toute vérité soit désormais dite « Peut-être que 10 ans après, il serait temps que la vérité, toute la vérité, soit établie sur cette période sombre.« 

Jean-Luc M.

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.