Accès Humanitaire

Le bilan du coronavirus frôle 200 000 contaminés à travers 155 pays et plus de 7500 décès sont comptabilisés le soir de ce mardi 17 février 2020. Partie de Wuhan,en Chine, depuis décembre 2019, le coronavirus  a été qualifiée de pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé( OMS) étant donnée qu’il n’était plus facilement maîtrisable. 

Après la Chine (81.058), le pays le plus touché, vient aussi l’Europe avec l’Italie (27.980) en tête suivie de l’Iran (16.169 cas), l’Espagne (11.309), la Corée du Sud (8320 cas), l’Allemagne (8084 cas) et la France (6664 cas) et aussi les Etats-Unis et d’autres pays. 

En effet, dans sa progression à vitesse de croisière, la pandémie est arrivée en Afrique par l’Egypte qui a enregistré son premier cas le 14 février dernier. Il est aujourd’hui à plus de 60 cas parmi lesquelles 5 décès. Jusqu’au début de ce mois de mars, l’Afrique n’en comptait que 3 cas dont  en un Algérie et un autre au Nigéria.

Plus tard, le nombre de pays africains touchés a rapidement augmenté. À la date du mercredi 19 mars, l’OMS recensait un total de 576 cas, dont 15 décès, répartis entre 30 pays sur un total de 54.

Des « état d’urgence sanitaire » en voie d’être déclarés dans plusieurs pays

Cet état de chose a conduit des dirigeants des différents pays à prendre des mesures drastiques pour pouvoir limiter la propagation de ce virus qui se fait à une vitesse extraordinaire. 

Dans beaucoup de pays européens après s’être rendu compte de la dangerosité du virus et malgré plusieurs mesures de restriction prise au par avant, des dirigeants ont décidé du confinement total des habitants pour enfin limiter le risque de contamination. Plusieurs dirigeants sont même entrain d’envisager de déclarer un « Etat d’urgence sanitaire » dans leurs états. 

En France par exemple, où   presque toutes les mesures prises, notamment la fermeture des crèches, écoles, universités, bars et l’interdiction de  tout rassemblement n’ont pas pu arrêter la propagation du virus, d’autant plus que le nombre des nouveaux cas s’est élevé à plus 1000 cas en seulement 24 heures ce mardi. Des autorités française ont alors décidé du confinement total des habitants.

Des services de l’ordre ont été sensibilisés pour ce travail. L’on a même instauré une amande d’au moins 135£ à quiconque serait trouvé entrain de circuler sans attestation de sortie, délivrée par l’autorité compétente. Des boutiques, supermarchés, restaurants, pharmacies…tous sont restés fermés. 

Même chose en Belgique, le journal le Parisien annonce le confinement général de toute la population. Egalement en Italie même le personnel soignant se plaint que seulement 60%  de la population qui respecte la mesure. 

Des pays d’Afrique décident de fermer  leurs frontières

Si pour des pays européens, l’heure est au confinement général et à des mesures plus restrictives, pour l’Afrique cependant, plusieurs dirigeants optent pour la fermeture des frontières pour ainsi fermer la porte au virus.

Qu’on ait enregistré un cas ou pas, des dirigeants africains se démènent tant soit pas à prendre des mesures idoines et drastiques contre la pandémie qui a du mal a être maîtrisée par l’occident pourtant reconnu avec un système sanitaire plus professionnel et de loin efficace que celui de l’Afrique. 

En République Démocratique du Congo, après l’annonce de renforcement des mesures de contrôle aux frontières, une communication importante du Président Félix Tshisekedi est attendue ce mercredi. Il concernera, selon le compte rendu du conseil des ministres, tenu ce mardi pour tabler sur la lutte contre le covid-19, la restriction d’accès au territoire national congolais, suspension des cours et interdiction de tout rassemblement. 

Par ailleurs, l’Egypte qui a été le premier à enregistré des cas en Afrique t qui compte plus de mort a décidé de fermer ses aéroports dès ce jeudi, la Tunisie a fermé ses frontières aériennes et terrestres.  

L’Algérie a suspendu mardi ses liaisons avec la France et suspendra jeudi avec le reste de l’Europe. La Mauritanie suspend le trafic aérien international. Le Sénégal suspend ses liaisons aériennes avec la France, l’Italie et cinq autres pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Le Madagascar a lui annoncé qu’à compter du 20 mars, la suspension de toutes les liaisons aériennes avec le reste du monde, et non plus seulement l’Europe. Le Maroc a suspendu tous les vols internationaux « jusqu’à nouvel ordre », à l’exception d’avions spéciaux autorisés à rapatrier les touristes européens bloqués. La Somalie, sitôt recensé son premier cas, a interdit au départ et à l’arrivée tous les vols internationaux, exceptés à caractère humanitaire.

200.000
Dans une école élémentaire au Sénégal

A noter aussi que certains pays très peu touchés par l’épidémie prennent néanmoins des mesures drastiques. Le Tchad, où aucun cas n’est répertorié, a fermé ses aéroports.

Toujours selon l’AFP,  au moins 13 pays ont fermé tous leurs établissements scolaires, de la maternelle à l’université, ou s’apprêtent à le faire. C’est le cas notamment au Kenya, au Maroc, en Égypte, au Sénégal, en Afrique du Sud ou encore en Côte d’Ivoire. La Namibie a quant à elle, déclaré l’état d’urgence, le Zimbabwe lui l’état de catastrophe nationale et l’Eswatini à son niveau a qualifié l’épidémie d’urgence nationale.

Des activité culturelles et sportives  aussi affectées les restrictions

Les restrictions touchent aussi les événements culturels et sportifs. Des championnats sont suspendus d’autres reportés sine die, En Afrique comme en Europe. C’est le cas de la FECOFA pour le RDC, L’Afrique du sud, le Ghana et le Maroc ont suspendu leur championnat de football. Les grandes compétitions ont aussi été perturbé. C’est le cas de la CAN  et le CHAN pour l’Afrique, l’Euro 2020 pour l’Europe. Des festivals de musique, des rassemblements religieux, tout en pâtit et rien n’est épargné. Des joueurs ont d’ailleurs été testés positifs. 

La pandémie Covid-19 vient tant soit peu mettre tous les dirigeants devant leur responsabilités par le fait que, tout le monde est appelé à faire face à elle avec le système de santé qu’ils ont instauré. Elle n’épargne personne, elle attrape diplomate, ministre, magistrat, président ou citoyen lambda.

Il donc impérieux, tout en combattant ce qui est désormais une pandémie, de réfléchir sur ce qui sera l’après coronavirus. Ce virus qui n’a pas que des conséquences sanitaires mais aussi et surtout économiques, financières, sociales, voire même politiques. 

Gracieuse Wany S.

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.