Accès Humanitaire

Le député national Éric Bwanapuwa appelle les autorités congolaises à déclarer la province du Nord-Kivu « Zone sinistrée ». Ceci pour soulager les populations victimes des affres des guerres depuis une décennie déjà.

Ce parlementaire a fait cet appel ce mardi 2 avril lors du dépôt d’une correspondance adressée au Premier Ministre et consultée par La Prunelle RDC.

Lire aussi : Guerre du M23 au Nord-Kivu: l’afflux des déplacés limite la réponse des humanitaires

Dans cette correspondance, celui-ci dénonce la détérioration du climat sécuritaire caractérisé par l’activisme des rebelles du M23 appuyés par le Rwanda ainsi que l’ADF-MTM. Une situation qui, selon lui, a engendré une crise humanitaire suivie des morts d’hommes, pillages des biens mais aussi la destruction de l’écosystème.

« Face à cette situation dramatique, nous vous demandons Monsieur le Premier Ministre de bien vouloir déclarer la province du Nord-Kivu comme zone sinistrée. Cette déclaration permettra de réserver des ressources nationales pour venir en aide aux populations sinistrées et de mettre en place des mesures d’urgence pour leur protection et leur assistance »,  dit-il

Au-delà de ces mesures, ce parlementaire exige aussi des mesures d’accompagnement afin de réduire les charges des populations, c’est entre autres la réduction des taxes et impôts, l’exonération des taxes pour les produits de première nécessité. Il demande aussi la mise en place d’un programme de soutien aux entreprises locales pour relancer l’économie de la province.

Bwanapuwa dit déclarer tout de même de constater qu’à ce jour, compte tenu de la détérioration de la situation sécuritaire, la province du Nord-Kivu à elle seule regorge 5 millions des déplacés internes dont 2 millions d’enfants. 

Plus de 10 milles personnes ont été tuées depuis le début des affrontements en novembre 2021. Cette situation a même forcé plus de 3 millions de personnes à vivre en insécurité alimentaire aiguë.

Plus d’un million d’enfants non scolarisés sont répertoriés.  A cela s’ajoute, la destruction des infrastructures sanitaires, scolaires et économiques.

Freddy Ruvunangiza, à Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.