Accès Humanitaire

Militaires de la Garde République  par ci, des dizaines des policiers déployés par-là, une partie de la ville de Goma a été surmilitarisée depuis l’avant-midi de ce lundi 5 octobre 2020 dès l’annonce de l’arrivée du Président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Une démonstration digne d’une visite sur un territoire ennemi.

Félix Tshisekedi, le Président de la République Démocratique du Congo est finalement arrivé à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu vers 15 heures 30 locales de ce lundi 5 octobre.

Une visite qui, apprend-t-on sera mise à profit pour discuter des questions sécuritaires avec plusieurs couches des populations locales de deux Kivu. Sur place, des délégations arrivent non seulement de l’intérieur du Nord-Kivu mais également du Sud-Kivu voisin.

Mais ce lundi, la ville de Goma s’est réveillée avec une autre figure : un impressionnant dispositif sécuritaire déployé sur une partie de laville. Il était surtout visible depuis l’Institut de Goma (Instigo), en passant par le rondpoint Signers, BDGEL, Kanyamuhanga…jusqu’à l’aéroport international de Goma.

Sur plusieurs de ces points chauds, c’est des dizaines des policiers qu’on pouvait apercevoir. A leur côté, des militaires de la Garde Républicaine déployés non seulement au sol mais également sur les toits des maisons des particuliers et de commerce.

Depuis les cimetières ISIG jusqu’à la porte de l’aéroport de Goma, le même imposant dispositif militaire et policier a été observé. Des policiers et militaires comptés en dizaines sur tous les tronçons prêts à intervenir.

Ça ne s’arrête pas là. En l’air, 3 hélicoptères pleins des militaires de sa garde sillonnent le ciel depuis l’aéroport et une partie de son itinéraire dans la ville de Goma dès qu’il est monté à bord de sa jeep.

«Hélicoptère de combat, snipers, véhicules blindés, fantassins lourdement armés… En tout cas, tout d’un farwest américain. Un allié en territoire ennemi » s’étonne un internaute.

Pourtant lors de son récent voyage au Kivu, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi n’avait pas avec lui ces engins de guerre et ces hommes prêts à tirer. Il se laissait parfois embrasser, ou encore prêt à être sur des selfies. 

Qu’est ce qui a changé en même temps? Tshisekedi veut-il impressionner ou se sent-il vraiment en insécurité quand il arrive au Kivu? Redoutait-il l’activisme des partisans des pro-Kamerhe qui réclament que leur leader soit libre et acquitté? 

Plusieurs questions qui reviennent sur les bouches des gomatraciens qui estiment que ça ne valait pas la peine d’exhiber tout cet arsenal dans le Chef-lieu d’une province qui ne cesse d’enregistrer des morts à la suite de l’activisme des groupes armés.

« Je rappelle au Président que toute cette mobilisation militaire et policières peut avoir son sens à Beni où on venait de tuer au moins 10 civils le même jour de son arrivée. Il est temps de penser à la sécurité de tous qu’à sa propre sécurité », écrit un autre Gomatracien sur le réseau social Facebook.

Il faut tout de même dire que quelques temps avant l’arrivée de Tshisekedi, plusieurs partisans de Kamerhe ont manifesté sur l’axe Katindo demandant la libération de leur leader. Une manifestation dispersée par des éléments de la Police Nationale Congolaise; mais cela pouvait-il justifier ce dispositif plutôt inhabituel d’un Chef d’Etat qui va dans une ville de son pays?

En tout cas, les questions restent posées mais cela pourrait également être interprétée comme un aveu d’impuissance face à l’insécurité grandissante dans la région du Kivu.

Pour un acteur de la Société Civile de Goma, le Chef de l’Etat comprend parfaitement bien que près de deux ans après son accession au pouvoir, il ne peut pas se déplacer paisiblement dans son pays sans prendre autant des précautions. « Il est arrivé comme quelqu’un qui vient sur un territoire ennemi » dit notre interlocuteur.

Et si toute cette sécurité se déployait à Beni, Ituri, Minembwe et ailleurs? D’après tout, le Chef de l’Etat n’est pas le seul à vouloir la sécurité et la vraie! 

Jean-Luc M.

Share.

6 commentaires

  1. Ma0970417363 on

    C’est bon bien de critiquer mais lorsque il était attaqué toujours à Goma dont il avait perdu son chauffeur, Avion et autres c’était dans quel pays ?
    Soyons objectif.même dans les pays puissant du monde à un moment le chef de l’État est dans l’obligation de se soumettre aux exigences de service de sécurité.

  2. Sylvain Mbuyi T on

    Réactions intéressantes à la Congolaise toujours confondant Fatshi Candidat Pdt et Pdt aujourd’hui avec des forces de sécurité locale complices de l’insécurité à l’Est et une partie de la population locale manipulable par ses propres affameurs et destructeurs au nom parfois d’un tribalisme insensé. Sylvain Mbuyi T, USA

  3. Billy Kaseya on

    don’t say that guys he have to do that because Kabila is the one who killed another president and he want to kill Felix tshisekedi we knows that Kabila can give everything to be only president in Drc to make those 83000000 peoples to Safeways from our country, for we are going through to show he that is nothing

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.