Accès Humanitaire

Les déplacés de la guerre du M23 en province du Nord-Kivu, disent être préoccupés par le processus d’enrôlement des électeurs, qui débute le 16 février prochain dans cette partie Est du pays.

Ces derniers, vivant dans différents sites des déplacés, redoutent qu’ils ne soient enrôlés, vu que leurs différents camps sont très éloignés des centres d’inscription.

Si pour certains, il faut faire reculer la date du début de l’enrôlement dans cette partie, pour d’autres, il faut attendre carrément le retour de la stabilité.

«L’enrôlement peut avoir lieu oui mais il faut que nous soyons à nos domiciles respectif. C’est vraiment impossible de se faire enrôler en étant dans un camp de déplacés. Nous sommes prêts pour ça mais pas vraiment ici dans le camp où nous mourrons de la famine. Nous ne saurons pas combiner les deux,» affirme un déplacé rencontré dans le camp de Kanyaruchinya.

Un autre déplacé, père de famille, explique que même si les centres d’enrôlement sont délocalisés dans leurs camps, les longues files d’attente constitueront une souffrance de plus pour les déplacés déjà vu.

«Moi je pense qu’il faut mettre à une date ultérieure le début de ce processus d’enrôlement. Il faut que nous soyons d’abord là où nous habitions et c’est là qu’on va se faire enrôler. Moi je ne suis pas prêt et d’accord à se faire enrôler dans le site des déplacés,» renchérit-il.

Signalons que ces déplacés se trouvant dans les sites de Kanyaruchinya, Kibati, Munigi, Don Bosco et tant d’autres, vivent dans des conditions déplorables depuis plusieurs mois déjà. L’aide humanitaire –quand elle arrive- est souvent insuffisante, et n’arrive pas à couvrir ni tous les besoins, ni atteindre tout le monde.

Plus de 521.000 personnes ont fui les affrontements entre les FARDC et les rebelles du M23. Ces derniers ont d’ailleurs occupé plusieurs localités de la province du Nord-Kivu.

A un mois du début de l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs, la Commission électorale n’a annoncé aucune disposition particulière pour l’enrôlement de ces déplacés. Dans une communication faite la semaine dernière, le Gouvernement provincial avait indiqué qu’il n’y aura, en tout cas pas encore, d’opération d’enrôlement dans les zones contrôlées par le M23.

Mwenge Kake

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.