Accès Humanitaire

Le collectif des associations et notabilité défenseure des intérêts des agriculteurs du territoire de Rutshuru, riverains du Parc national de Virunga (PNVI) sollicite l’intervention du président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo en faveur des agriculteurs du territoire de Rutshuru en province du Nord-Kivu.

Ils l’ont fait savoir dans une lettre datée du 15 avril 2020 et dont une copie est parvenue à Laprunellerdc.info ce lundi 04 mai 2020.

Dans cette lettre, cette structure évoque la protection de l’environnement et des aires protégées conformément au lois ratifiées en RDC qui privilégient l’approche communautaire et participative.

Pour cette cause ils plaident pour que les communautés locales soient toujours consultées avant tout acte de « gestion » à poser sur un parc entouré par ces dernières.

Les notables et cultivateurs de cette entité réunis au sein de cette structure disent déplorer que le PNVI a, depuis un certain temps, procédé à la délimitation de sa surface et cela en érigeant un enclos électrique et ce, par une méthode « cavalière  » qui selon eux enfreins les droits des voisins et les communautés locales.

Lire aussi: RDC: quelles solutions pour les autochtones, riverains des parcs et autres aires protégées?

D’après cette structure, la mesure prise par les responsables du parc national des Virunga viole l’approche communautaire et participative tequ’est dit par la loi.

« C’est pourquoi, le Collectif des défenseurs des intérêts paysans de Rutshuru vous demande en votre qualité de père de la nation, de peser de tout votre poids afin que le PNVI organise avec les communautés riveraines et ses voisins une sérieuse rencontre au niveau du territoire de Rutshuru pour qu’ensemble , ils assurent une démarcation participative et communautaire dudit parc  » disent-ils dans leur lettre.

S’agissant de la question sécuritaire en territoire de Rutshuru, l’un des signataires monsieur Aimé Mbusa Mukanda, Notable du territoire de Rutshuru estime les problèmes de démarcation du PNVI sont aussi actuellement à la base de plusieurs cas d’insécurité dans le territoire de Rutshuru et ses périphériques.

Il en appelle à l’implication des autorités du pays pour que les populations riveraines soient vite remises dans leurs droits.

Pour rappel, vers la fin du mois d’avril dernier, dans un communiqué, l’ICCN avait dit accordé une mesure de grâce d’une durée de 3 mois aux cultivateurs riverains du territoire de Rutshuru ayant franchi l’espace du PNVI afin de procéder à la récolte de leurs cultures, une mesure jugée « difficile » et ne respectant pas les droits des cultivateurs.

Freddy Ruvunangiza, depuis Goma

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.