Accès Humanitaire

Le représentant du bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), Monsieur Ramesh Rajasingham, Directeur des opérations de la division de la Coordination des opérations humanitaires effectue une visite de travail en République démocratique du Congo du 11 au 16 mars 2024.

Dans un communiqué de presse rendu public ce Mardi 12 Mars dont une copie a été consultée par La Prunelle RDC, aussitôt arrivé en RDC, la délégation s’est entretenue ce lundi 11 mars à Kinshasa avec le Ministre des Affaires Sociales, Actions Humanitaires et Solidarité Nationale. 

Lire aussi : Nord-Kivu: le PAM reprend ses interventions humanitaires en territoire de Nyiragongo

Les discussions ont porté sur la gravité de la crise humanitaire et l’importance d’une collaboration franche entre le Gouvernement de la République démocratique du Congo et les partenaires humanitaires. L’objectif est de répondre de manière coordonnée et efficace aux besoins des populations touchées par les conflits dans l’est du pays, ainsi que par les chocs climatiques qui affectent le pays depuis plusieurs mois, note le communiqué.

À partir du 12 mars, M. Rajasingham se rendra dans l’est du pays, notamment au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. À Goma (Nord-Kivu), il rencontrera les autorités provinciales, les acteurs humanitaires et les organisations de la société civile impliquées dans la réponse humanitaire. Il aura également l’occasion d’échanger avec les personnes affectées par la crise.

Le Directeur de la Coordination de OCHA se rendra ensuite au Sud-Kivu où il rencontrera les responsables de la MONUSCO, les donateurs et les acteurs humanitaires. Les discussions porteront sur les dispositions pratiques à mettre en place pour garantir la continuation des opérations humanitaires, en toute sécurité et dans le respect des principes humanitaires, après le retrait de la MONUSCO.

Lire aussi : RDC: les humanitaires ont besoin de 2,6 milliards de dollars américains pour répondre au plan de réponse humanitaire 2024 

La situation humanitaire en RDC demeure dramatique et complexe. En 2024, près d’un quart de la population du pays (25,4 millions de personnes) est en insécurité alimentaire aiguë.

L’escalade de la violence, l’exacerbation des conflits intercommunautaires et de l’instabilité à l’est du pays augmentent les défis humanitaires existants, tels que l’insécurité alimentaire et les graves problèmes de protection, dont les violences basées sur le genre.

Cette année, les acteurs humanitaires ont besoin de 2,6 milliards de dollars américains pour apporter de l’assistance à 8,7 millions de personnes parmi les plus vulnérables du pays.

Freddy Ruvunangiza

Share.