Accès Humanitaire

Les clubs de la paix Dr Denis Mukwege ont célébré la journée internationale des droits humains à l’Institut Bwindi, dans la commune de Bagira à Bukavu.

Ces clubs qui prennent le prix Nobel Denis Mukwege comme modèle, visent entre autre à se battre contre l’impunité, défendre les opprimés, aider les femmes (grandes victimes des conflits armés à l’est du pays), mais aussi accompagner la lutte menée par le Dr Mukwege pour la dignité de la femme congolaise.

Dans cette école où Denis Mukwege avait obtenu son diplôme de fin d’études secondaire il y a des dizaines d’années, les élèves venus du site de Nguba ont réalisé des dessins représentatifs du travail qu’abat le Dr Denis Mukwege, concernant la prise en charge des victimes des violences sexuelles en période de conflit.

Pour ces jeunes dessinateurs en herbe, le Dr Mukwege représente un espoir dans ce pays meurtri et déchiqueté par des conflits armés interminables. Certains de leurs tableaux représentaient un état de détresse avec au centre, l’image du Docteur.

D’autres ont peint la situation désastreuse dans laquelle se trouve la RDC, avec des messages d’appel à la fin des hostilités des groupes rebelles. Des élèves du site Tumaini ont quant à eux, illustré par une scénette théâtrale, les différentes étapes de prise en charge des femmes violées dans le contexte de la guerre.

Les enfants ont ensuite assisté à une conférence sur le Projet Badilika de la Fondation Panzi, sur le Modèle holistique de Panzi, ainsi que sur la masculinité positive, un sujet incontournable pour la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre.

Pour David Byabene, l’un des initiateurs et coordinateur des activités pédagogiques des Clubs de Paix Docteur Denis Mukwege, le parcours du Dr Denis Mukwege est un modèle que doivent suivre les jeunes congolais, qui vivent dans une société caractérisée par une disparition des valeurs.

«Denis Mukwege c’est un modèle pour nous tous et il doit inspirer les jeunes aujourd’hui. Manque de moralité, drogue, alcool, peu d’importance accordée aux études. Nous avons pensé qu’il fallait les aider à changer et à se prendre en charge dans cette société défaillante. » a-t-il dit.

Notons qu’il y a aujourd’hui 5 sites de clubs dans les trois communes que compte la ville de Bukavu. A Bwindi, où le club réunit tous les élèves de la commune de Bagira, et un autre site à Kadutu réunit principalement des élèves de l’Institut Fadhili et ceux d’autres écoles de la commune. La commune d’Ibanda compte 3 sites dont le site de Tumaini à La Botte, le site de Nguba ainsi que le site de Panzi.

Thomas Uzima

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.