Accès Humanitaire

    Au moins 80 personnes ont été tuées par des combattants ADF au cours du mois de Janvier 2024 dans la région de Beni au Nord-Kivu. Sur place, des acteurs sociaux veulent rendre hommage à ces victimes civiles, jeudi prochain à travers une journée ville morte.

    C’est ce que rapporte la Société Civile de Beni en Assemblée extraordinaire à OICHA, avec les noyaux, les sous-noyaux de la Société Civile de Oicha, Mangina et du Secteur de Beni-Mbau.

    Lire aussi : Beni : un homme tué par les ADF dans le village Kazaroho

    Outre ces dizaines de morts, la Société Civile se souviendra des personnes portées disparues et d’autres dégâts enregistrés au cours des différentes attaques de ces terroristes dans la région.

    En conséquence, ces structures décrètent une journée de deuil le 8 février prochain. Au cours d’une journée de deuil et de cessation d’activités sur l’ensemble du territoire le jeudi, ces structures veulent demander que les exactions contre les populations civiles cessent.

    « Les trois noyaux de la Société Civile forces vives décident ce qui suit : d’observer une journée de deuil et de cessation des activités tant scolaires que socio-économiques pour ce jeudi 8 février 2024 pour pleurer les nôtres ».

    Une manière de rendre des hommages mérités à ces victimes de la barbarie humaine.

    « Après analyse, nous avons comptabilisé 23 attaques des présumés ADF dans le territoire de Beni au mois de Janvier. La plupart de celles-ci se sont accentuées dans notre trois entités et ont couté la vie à plus de 80 personnes sans compter les portés disparus dans les villages PK 25, PK 39, route Mbau-Kamango, Mangazi vers Mamove et/ou Manyama, Eringeti, Kokola, Baeti, Mbandula, Kazaroho, Miliyese, Mangina, Sambolo, Chanichani, Mavivi, Mutwanga, et Bashu. Ce qui est inquiétant est que les ADF se déplacent librement de village en village en train de distribuer la mort aux innocents en dépit des alertes de la population aux services de sécurité et des multiples assises avec eux », dit Espoir Lutswamba, Premier vice-président de la Société civile de Mangina a lu la déclaration au nom de toute la Société Civile.

    Il faut dire que la région de Beni est sous l’emprise des terroristes ADF depuis des nombreuses années déjà. Ceux-ci tuent, pillent alors que les autorités militaires congolaises et leurs alliés ougandais multiplient des initiatives pour tenter de venir à bout de cet activisme sanglant.

    L’une des dernières attaques sanglantes est celle du 31 Janvier dernier dans le village Vuchika près de Baeti à l’Ouest de Oicha.

    Le drame a essentiellement touché des fidèles d’une Eglise locale des Branhamistes. Ces victimes ont été surprises en pleine prière. Bilan : au moins 8 civils tués et d’autres emportés vers une destination inconnue.

    Mwenge Kake  

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.