Accès Humanitaire

Deux étrangères combattantes d’Allied Démocratic forces (ADF), ont été arrêtées par les militaires FARDC-UPDF, dans le cadre des opérations conjointes contre des ADF, dans la zone de Beni, au Nord-Kivu.

Ces femmes dont une de nationalité Kenyane et une autre bourundaise arrêtées sur l’axe Mwalika, dans la chefferie de Bashu, (Beni), ont été présentées ce vendredi 4 novembre 2022, à la presse.

Ces femmes ont été appréhendées avec un bébé orphelin.

La présentation s’est déroulée à la coordination de ces opérations dans le secteur de Ruwenzori.

Lors de cette présentation, le Colonel David Magambo, commandant 2ème Secteur Updf basé à Kalembo, a indiqué qu’a part ces ADF, les deux armées ont aussi libéré des otages lors des opérations.

Interrogée par la presse, Mme Hapsasharo, combattante ADF, de nationalité Kenyane arrêtée, explique qu’elle a été recrutée par ruse par son propre mari en Ouganda.

«Je suis venu ici, à travers mon mari, nous etions habitants de l’Ouganda et mon mari a décidé qu’on voyage pour la RDC. Il disait nous allons visiter des musulmans en général. La dernière moto nous a conduit jusqu’à la brousse. Nous etions sur la même ligne avec la maman de l’enfant, elle a tenté de s’enfuir et a été atteinte par des balles, » dit-elle à la presse.

Les femmes qui étaient prises en otage par des ADF, lors des différentes attaques à Kavasewa, dans le Bashu, remercient la coalition FARDC-UPDF, pour leur libération.

Aimé Kavugho, l’une d’elle appelle la population à faire confiance à l’armée.

«Nous étions prises en otage par des ADF à Kavasewa, nous avons été libéré après accrochage entre amé et ces rebelles. Il y a eu débandade en brousse et nous avons décidé de ne pas suivre ces rebelles, nous sommes restés et avons été retrouvés par les militaires» a-t-elle déclaré à la presse.

Selon les sources militaire, l’artillerie et l’aviation de la force de la coalition FARDC-UPDF, poursuit avec le bombardement des positions ADF, déjà repérées à Beni et Irumu, jusqu’au rétablissement de la paix.

Roger Kakulirahi, à Beni

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.