Accès Humanitaire

La base de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilité du Congo MONUSCO de Kamanyola dans le territoire  de Walungu  au Sud-Kivu ferme officiellement ses portes ce mercredi 28 février 2024. La cérémonie de fermeture intervient dans le cadre du désengagement de cette mission onusienne en République démocratique du Congo.

Lors de cette cérémonie, la Représentante  du Secrétaire général de l’ONU en République démocratique du Congo Bintou Keita a remercié le gouvernement Congolais pour sa collaboration avec la MONUSCO pour le maintien de la sécurité en RDC en général et dans la province du Sud-Kivu en particulier.

Bintou Keita précise également que ce transfert des responsabilités et d’équipements constitue un des premiers actes du désengagement de la MONUSCO dans la province du Sud-Kivu.

Lire aussi: RDC : Bintou Keita dit être disposée à travailler avec le Gouvernement pour accélérer le départ de la Monusco

 « Nous espérons que la remise de Kamanyola, combinée à la construction en cours du Sous-Commissariat de la Police Nationale Congolaise par la MONUSCO, servira de modèle et d’inspiration pour la suite du processus de désengagement de la MONUSCO. Je félicite les autorités congolaises pour le renforcement des effectifs de la Police Nationale Congolaise à Kamanyola, conformément aux engagements pris par le gouvernement, afin de procéder à la montée en puissance et en capacité des forces de défense et de sécurité, parallèlement au désengagement de la MONUSCO », dit-elle.

Lire aussi: Départ Monusco : ville morte « réussie » ce mercredi à Bukavu

Pour le Vice-Gouverneur et Gouverneur intérimaire de la Province du Sud-Kivu Kivu, Marc Malago Kashekere, ce désengagement de la MONUSCO intervient alors que la RDC est agressée par le groupe rebelle du M23 soutenu par le Rwanda. Celui-ci promet que malgré le départ de la MONUSCO à Kamanyola, le gouvernement est engagé à protéger la population et l’intégralité du territoire national.

« Le gouvernement sous l’impulsion du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi est engagé jusque-là dans cette voie qui conduit sur des résultats qui ont conduit sensiblement à une tendance baissière des cas enregistrés de l’insécurité en province du Sud-Kivu depuis quelque temps déjà. Je voudrais aussi encourager et saluer l’engagement de nos populations dans la recherche effrénée de la paix et leur demander d’avoir confiance à nos forces de sécurité et de leur apporter l’appui nécessaire pour la réussite de leur mission régalienne ».

Une crainte pour la population de Kamanyola qui renseigne que depuis l’arrivée de la MONUSCO dans cette partie, les cas d’insécurité ont baissé. Des habitants appellent le gouvernement à prendre au sérieux cette situation pour rassurer la population.

Lire aussi: Rutshuru : vive tension à Nyamilima, des jeunes exigent le départ de la Monusco

« Conformément à la situation actuelle de notre pays, il n’était pas temps que la Monusco puisse quitter, parce que notre pays est dans une situation de guerre. Nous demandons ainsi à notre gouvernement de prendre sa responsabilité de protéger la population et de renforcer la sécurité que la Monusco assurait ici chez-nous à Kamanyola. Que la Police ne soit pas une police agresseure».

Notons que la MONUSCO a laissé cette base de Kamanyola à la Police Nationale Congolaise avec des matériels de gestion, et deux véhicules …

Rappelons que plus ou moins 2000 casques bleus vont quitter le sol de la province du Sud-Kivu d’ici la fin du mois d’avril 2024.

Trésor Wilondja

Share.

2 commentaires

  1. Pingback: Mikenge réclame le désenclavement avant le départ de la MONUSCO/ 1er mars 2024/Trésor Wilondja - La Prunelle RDC

  2. Pingback: Sud-Kivu : 220 casques bleus du contingent chinois quittent officiellement la base d’Amsar  - La Prunelle RDC

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.