Accès Humanitaire

    A 4 jours de l’installation des nouveaux élus, l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu est assiégée par les agents administratifs qui réclament le paiement de leur salaire de plus ou moins 32 mois. En sit-in depuis le 30 janvier 2024,  ces manifestants jurent qu’ils quitteront cet endroit ou laisseront l’accès libre aux nouveaux élus que lorsque leur salaire est payé.

    Pendant ce temps, la rentrée parlementaire est prévue pour le 5 février 2024.  Aura-t-elle lieu malgré cette grogne des agents de l’administration de l’Assemblée Provinciale ? Cette  situation qui préoccupe plus d’un citoyen dans la ville de Bukavu, sera-elle décantée avant la date prévue par la constitution?

    Lire aussi : Sud-Kivu : en grève, des agents de l’Assemblée Provinciale réclament au moins 32 mois d’arriérés de salaire

    Des autorités ne veulent pas en parler alors que cette grogne risque de perturber les activités parlementaires au Sud-Kivu.

    Le syndicaliste des agents de l’Assemblée Provinciale, Bujiriri Gustave indique qu’en cette période de grève, aucun agent de l’administration n’a le droit d’exercer les activités au sein de ces bureaux.

    « Tous les bureaux de l’assemblée provinciale sont fermés actuellement. Aucun bureau n’est ouvert pour les travaux. Et même les députés sortant n’y ont pas accès ».

    Il s’interroge également sur l’effectivité de la prochaine rentrée parlementaire.

    Celui-ci revient sur les rôles que jouent les agents de l’Assemblée provinciale à la rentrée parlementaire. Pour eux, les agents administratifs sont indispensables à la rentrée parlementaire.  

    « Conformément aux textes réglementaires, ce ne sont pas les agents de l’assemblée qui vont délocaliser le lieu où la plénière peut avoir lieu   Ce sont les agents de l’assemblée provinciale qui installent les nouveaux députés provinciaux et ce sont eux qui les renseignent sur tous les fonctionnements de l’assemblée provinciale. Bref, l’administration c’est l’outil indispensable pour qu’il y ait une activité de telle envergure. Nous ne savons pas en vertu de quel document ou texte légal la plénière sera déplacée. S’il arrivait que la plénière soit déplacée, est-ce que les agents qui vont y travailler seront engagés maintenant ? Je ne sais pas vraiment. Les activités ne pourront reprendre que si nous sommes remis dans nos droits » , renchérit Gustave Bujiriri.

    Une question se pose : Que sera le nouveau parlement si les agents de l’administration ne sont pas payés avant la rentrée parlementaire, donc le 5 février 2024 ?

    Le Président de la délégation syndicale de l’Assemblée provinciale de Sud-Kivu exhorte au Gouvernement provincial de payer les 20 mois d’arriérées de la dotation et à Kinshasa, de payer les 12 mois d’arriérées de rétrocession du gouvernement central. Ces agents promettent donc de cesser la grève une fois payés.

    Notons que les agents de l’administration de l’Assemblée Provinciale ont débuté leur sit-in ce mardi 30 janvier 2024.

    Suzanne Baleke

    Partager.