Accès Humanitaire

    Kinja Mwendanga Béatrice a encore été élue députée provinciale de Bukavu. Elle figure parmi les sept députés provinciaux proclamés par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), ce 21 Janvier 2024.

    Solange Lwashiga Furaha, Secrétaire Exécutive du Caucus des Femmes Congolaises du Sud-Kivu pour la Paix et activiste défenseurs de droits des femmes estime que Kinja Mwendanga Béatrice par rapport à d’autres femmes maitrise la politique et a su établir des bonnes stratégies afin d’être élue.

    « Kinja Mwendanga Béatrice c’est une femme qui respire qui mange et qui dort politique. Elle a maîtrisé le contexte et tant qu’on ne va pas maîtriser le contexte électoral pour nous les femmes ça sera un problème bien que la question de législation pose aussi problème. Celle-ci a une analyse profonde sur le plan politique. Elle s’est dit de rester au niveau provincial car elle a constaté qu’au niveau national elle ne va pas y arriver car à ce niveau il y a nombreuses personnes fortes» estime Solange Lwashiga Furaha.

    Lire aussi: Sud-Kivu : Kinja Mwendanga, l’éternelle députée provinciale !

    Elle pense que la démocratie s’agissant de l’élection des femmes en RDC est un « recul notoire » qui amène des questionnements sur la place réelle que la RDC et ses électeurs accordent à la femme congolaise.

    « C’est moins compréhensif que la majorité de la population ce sont les femmes et quand les femmes postulent, elles ne sont pas élues ou proclamées par la CENI. Et donc, il y a un problème sérieux dans la mentalité des électeurs », dit Solange Lwashiga Furaha.

    Elle pense également qu’il y a un problème s’agissant de la loi électorale qui définit la place de la femme dans la représentativité et que les hommes ont peur que les femmes prennent un dessus sur eux.

    Lire aussi: Bukavu : Après son enrôlement à Bagira, Kinja Mwendanga appelle les femmes à s’enrôler massivement

    « Je pense que le grand problème est politique. La loi électorale n’est pas sensible au genre ; pour dire qu’elle n’est pas sensible à la représentation des femmes ; parce que depuis 2006, toutes les propositions au niveau de l’Assemblée Nationale, sont refusées par les hommes qui sont des députés majoritaires et disent qu’ils ne vont pas accorder le pouvoir aux femmes sur un plateau d’or. C’est un prétexte, ils ont peur de voir les femmes aussi les bousculer au niveau de l’Assemblée Nationale », précise Solange Lwashiga Furaha

    Elle appelle le Président de la République à s’imposer et demande que la loi électorale soit « révolutionnée » et qu’on accorde un quota aux femmes dans la gestion du pays  comme le font les autres Etats.

    De son côté, Annie Bulonza Baderhabusha, de l’Observatoire de la Parité RDC (OP) ; dit que Kinja Mwendanga n’est pas meilleure que les autres femmes mais a une expérience  par rapport aux autres, cela car elle a beaucoup d’années dans la politique.

    « Kinja Mwendanga a déjà une expérience, elle connaît déjà toutes les portes : où il faut toquer, elle a beaucoup plus d’ouverture par rapport à ses consœurs mais aussi on ne peut pas se passer de sa stratégie. Elle a déjà trois mandats, elle connaît déjà comment on y va avec les électeurs ; comment on maintient sa base ; donc elle connaît toutes les portes », dit Annie Bulonza Baderhabusha.

    Annie Bulonza Baderhabusha est aussi formelle : «Kinja Mwendanga a plus de moyens financiers par rapport aux autres femmes ; par rapport aux autres qui ont postulé et qui avaient des difficultés lors de la campagne car les électeurs demandaient toujours de l’argent. Cette question ne pouvait pas la surprendre », ajoute-t-elle.

    Lire aussi: Sud-Kivu: la femme faiblement représentée à l’Assemblée Provinciale !

    Ces dames  disent être satisfaites des réalisations de Kinja Mwendanga durant ses mandats précédents et l’appellent à approcher les autres qui ont échoué afin de leur montrer des directives pour réussir aux prochaines élections.

    Elles appellent les femmes n’ayant pas été élues à ne pas se décourager, à garder leur position mais aussi de commencer à travailler dès maintenant pour les prochaines élections et ne pas attendre le jour de la campagne.

    Brigitte Furaha

    Partager.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.