Accès Humanitaire

13 juin 2022 – 13 juin 2023, une année jour pour jour, depuis l’occupation de Bunagana et plusieurs autres entités de la province du Nord-Kivu, notamment Nyiragongo, Bwisha, et Bwito par le mouvement rebelle du M23.

Pour le Société Civile du Nord-Kivu, c’est « inacceptable » que le Gouvernement central continue à faire des coalitions avec les armées étrangères, notamment la force de l’EAC, sans « succès », alors que la population continue de souffrir des exactions du M23 soutenu par l’armée rwandaise.

«Les terroristes du M23 se sont progressivement emparé des cités, des villages dans les Bwisha, Bwito et une bonne partie du territoire de Nyiragongo devant la défaite de FARDC et l’observation de force régionale et de la Monusco. Cette situation a sérieusement affecté la vie des populations de ces entités et les plongeant dans une misère et une précarité sans précédent, dont les tueries, les assassinats, les pertes de biens, le chômage, le déplacement massif, des maladies…» déclare Marrio Ngavho, président de la Société Civile de Goma.

Selon lui, le Gouvernement national a prouvé son « incapacité ». Il exige la démission du Gouvernement « le plus tôt possible » suite à « l’échec » de la diplomatie et des tentatives d’offensives militaires.

«La Société Civile et la population de l’Est de la RDC exigent la démission du Gouvernement central car n’étant pas en mesure d’assurer la souveraineté et l’intégrité du patrimoine national congolais,» a-t-il indiqué.

Pendant ce temps, la Société Civile appelle les FARDC à lancer des offensives en vue de chasser les rebelles du M23 jusqu’à leur dernier retranchement, afin de faciliter le retour des déplacés, et permettre la réouverture des routes d’intérêt national.

Trésor Wilondja

Share.
Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.